harry-styles18
Profile

Autistic Fic.

"L'autisme est un soleil inversé : se...

    Chapitre 12 poster, bonne lecture, 1400 visites, merci infiniment. (28/12/2015)

  • 2227 visits
  • 22 articles
  • 297 hearts
  • 154 comments

Harry Edward Styles. 20/05/2015

Harry Edward Styles.

 
Harry était assis sur le carrelage froid de la cuisine, un crayon à la main, il dessine.
"Ma- ma.. man...?" Le petit garçon toussa, la fumer que dégageait la cigarette l'empêcher de respirer correctement. 
Il tendit la feuille sur laquelle, le visage de sa mère, souriait. La jeune femme concentrer sur ces ongles, se retourna agacer. "Quoi ?!" Elle n'a jamais voulu d'un enfant, Jamais. N'arrivant pas assumer sa maladie, elle fuit son rôle de mère, voulant rester jeune et libre, elle fuit ses responsabilités, pleines de regret, elle déverse toute sa haine sur lui son fils. Et ne s'en cache pas. 


Harry baissa la tête et murmura. un ' rien.' a peine audible. Il n'aimait pas ce genre de moments. Une larme incontrôlée coula sur sa joue, il se tourna afin que sa mère ne le voit pas. "Quoi ?! Qu'est ce qui passe encore ?" 
Harry, toujours tourné, les yeux fermés, la gorge serrer, il se griffa violemment l'avant bras, se faire du mal est pour lui, une façon d'oublier la présence de sa mère. La douleur, il ne sens pas. Mais il l'aime ça, voir le sang coulait de ses poignets. Car pour une fois il l'a l'impression d'avoir le contrôle. "Tu me chier et tu répond pas en plus tu t'es pris pour qui Picasso !!?" La jeune femme sera la mâchoire, tendue, elle écrasa sa cigarette contre le mûre et leva pour attraper son fils par le bras.
Elle le poussa violement par terre. "Va jouer ailleurs la chose et la prochaine fois tu me regarde quand je te parle !" About de souffle et déjà pleines de remords, elle se rassit sur sa chaise, ignorant son fils, elle se tourna pour continuer de fumer, essayant d'oublier qu'elle avait un fils, Autiste. Comme un cris de détresse et désespoir, Harry hurla.
 "JE VAIS ME FAIRE MOURIR SI TU CONTINU...!"  Anne écrasa sa cigarette contre le mûre. Epuiser. Elle se leva puis s'avança vers son fils. "Va s'y ça nous fera des vacances Ordure.." Elle haïssait la vie de lui avoir offert un fils avec de graves problèmes mentaux. Elle ne voulait pas tomber enceinte. Encore moins d'un enfant pas comme les autres. Il ouvrit la fenêtre, monta sur le rebord. Se retourna vers sa mère et sauta.

 
Il n'est pas mort. Juste blesser.
Il n'as pas conscience de ces actes.
Il voulait juste lui l'a rendre fière.
Elle voulait juste avoir la paix.
Tout est partie de rien.
Puis Tout à commencer.


Harry Edward Styles.

 
 
Harry Edward Styles.
 
Trouble du comportement.
 
 
 
17 ans.                                     Souriant.                                                      Anxiété.                                                    Autisme.  
 
 
 

Patient, Harry Edward Styles.:
 
  est fasciné par les objets qui tournent,
  obtient des résultats inégaux dans les mouvements précis,
  ne craint pas le danger, 
  établit difficilement des contacts avec autrui, 
  établit difficilement le contact visuel, 
  hyper actif ou hypo actif,
  s'adonne à des jeux obsessionnels,
 éclate de rire sans raison valable,
 résiste aux caresses, 
 fait des crises de larmes, est désemparé sans que l'on sache pourquoi, 
 résiste aux méthodes conventionnelles d'enseignement, présente des anomalies du langage (écholalie, absence de langage)
 semble insensible à la douleur,
 résiste aux changements de routine,
 préfère s'isoler,
 exprime ses besoins par des gestes.


Harry Edward Styles.



Si voulez réagir sur les réseaux sociaux : 

Mon Twitter : @TeenagersYxars
Hashtag de la fiction : #AutisticFic.  





/!\JE N'ACCEPTE PLUS LES PUBS. /!\





Encore, merci pour tout.
 

Chapitre 1. 20/05/2015


"La seule maladie qui ne peut se guérir est la maladie de ne pas se sentir aimé."

Chapitre 1.

Assis sur un banc au milieu de Nulle part. Le vent fait danser mes cheveux fins dans tout les sens, Mon épaule soutenant la tête de ma petite amie, J'écoute les incroyables histoire matinale de Niall. "Elle m'a dit non.. Tout ça parce que je lui ai dis que je ne l'aimais plus.. Et puis c'est de ma faute peut être ? Les sentiment ça se contrôle pas ?" Eleanor prends ma main gelé et joue avec mes doigts. Liam est assis sur l'herbe le dos contre mes jambes, il rigole. Je sens son dos vibrer contre mes genou. Je ne fais pas attention à Eleanor, disons qu'elle m'a pas mal énervé. Elle est constamment entrain de jouer la princesse. Pensant que personne ne peut rien lui refuser, parce qu'elle est plutôt jolie. J'aimerai avoir une vrai discussion avec elle. Une discussion sérieuse. Elle est trop coincée dans son monde, trop égoïste, pour voir qu'autour d'elle. Rien n'a l'air d'un stupide compte de fée.  "Louis tu m'écoute ?!" Non pas vraiment. Je suis souvent perdu dans mes pensées, Je me tourne vers Niall. "Je disais.. Il y'a un nouveau dans la classe.. Il s'appelle .. Raah je sais plus.. Tout ce que je sais c'est qu'il a fait une tentative de suicide à l'âge de sept ans. Vous imaginez sept ans ! Ce mec est barge... " Je sens ma gorge se serrer, Tout les souvenirs de mes sept ans remontent a la surface, je me sens pas bien là, j'ai chaud, et froid je sens comme mon estomac se tordre. Sept ans. C'est à cet âge précis que mon père nous a quitter. A Sept ans moi je voulais être un super Héros,  je m'imaginer conduire ma propre voiture avec ma princesse et avoir beaucoup beaucoup d'argent. Comment un enfant aussi jeune peut avoir de pareilles pensés ? Que s'est t'il passer ? Comment quelqu'un d'aussi jeunes peut en arriver là ? Et l'innocence de jeunesse l'a t'il connu ? Mon dieu, mon c½ur bat à tout vitesse.  "C'est pas fini.. On racontent qu'il aurai étrangler un petit garçon jusqu'à qu'il meurt.. tout ça avec un corde à sauter car il ne voulais pas joué avec lui.. Ce mec mérite de mourir.. Il a tué un pauvre garçon.. Totalement innocent.. " Personne ne mérite de mourir, c'est bon j'ai eu ma dose de conneries. Je me lève, Eleanor lève sa tête. Je prends mon sac et marche vers le lycée. Je suis ici pour me détendre avant les cours, pas pour entendre les histoires d'un Psychopathe sans nom. Eleanor crie mon nom, mais je ne me retourne pas. J'en ai assez d'entendre sa voix dire mon nom. J'ai en assez de l'entendre tout court. J'en ai marre de devoir faire semblant de l'aimer car ma mère tient à elle. Je marche sans regarder derrière moi, au pire je m'en fou. J'arrive devant le bâtiment, je marche le plus vite possible vers l'entrée. Je veux être seul, je m'arrête  pour sortir mon carnet de mon sac. Je sens une main toucher mes cheveux. Je me raidis. Mais c'est qui bordel ? Eleanor ne comprendra donc jamais. Je me retourne.. Oh.. C'est qui lui ? Et pourquoi est- ce qu'il a sa main dans mes cheveux ? "Je peux savoir ce que ce tu fait là ?!" Il retire sa main, me fixe et  montre sa carte et passe devant comme moi comme si je venais pas de lui poser une questions. C'était quoi ça ? Il est pas tranquille et en plus de ça il a les yeux les plus beaux que j'ai jamais vu. "T'as perdu ta langue ?" Je parle dans le vide. Il est partit. Je montre mon carnet complètement perturbé parce qu'il vient de se passer, son regard est troublant, je cours vers la salle 4. Je hais être en avance. Putain. Je sors mon téléphone et vois (4) messages. Passant une main dans mes cheveux. Je ris nerveusement, c'est bon les gars je suis pas mort. Juste saoulé par vos histoires. Le prof passe devant moi les clefs à la main, sifflant, heureux, tout en enfonçant la clefs dans la serrure. Il pousse la porte avec sa hanche et entre dans la salle. "Monsieur Tomlinson ?" Il me souris, je me retourne et marche vers les toilettes. Non.  Je ne veux pas qu'il s'imagine que je suis presser d'aller à son cour. Après il va croire que je veux faire des progrès alors que rien ne va changer. J'ouvre la porte et vois. Le-mec-qui-met-sa-mains-dans-les-cheveux-des-gens. Ses mains tremblent, il a du mal à respirer. Appuyer contre la lavabo il est à deux doigts de tomber, Les lèvres gonflés, fixant le miroir avec avec haine, ses yeux sont injecter de sang. Ses bras tremblent fortement, il va tomber, il ne tient plus. Je sens mon c½ur me lâcher peu à peu, c'est la première fois que j'assiste à ce genre de situation. Je jette rapidement  mon sac et cours vers lui. "Calme toi.. " Je le tiens contre moi, il est pâle, J'ouvre la fenêtre pour qu'il puisse respirer un peu mieux. Je le prends par le bras pour qu'il puisse mettre sa tête vers la fenêtre, il s'accroche à moi de toutes ces forces. La lueur d'innocence et de joie dans ces yeux à disparu pour laisser place à de la peur. "ça va aller.. Respire doucement.." Je tiens ses mains afin qu'elles ne tremblent plus. Il tourne sa tête vers moi. Ses yeux..  Je pourrai jamais m'y faire. Ils sont si magnifiques et si ternes à la fois. Il tremble presque plus, je lui souris pour le rassurer, pour le calmer. Il baisse les yeux, non. J'aimais bien l'ai regarder. Ses yeux, mais qu'est ce qui me prends ? Une larmes coule et tombe sur le sol humide. "Pourquoi tu pleure.. ?" Il lève les yeux vers moi, le regards vide, il inspire difficilement, avant d'ouvrir la bouche pour essayer de parler. Aucuns son ne sort. Il réessaye comme il peut. "Je... Sa-ais pas.. " Sa voix est rauque. Comme si il venait à peine de se réveillé. J'en ai des frissons. Je secoue la tête, il à l'air perdu, il me bouscule et sort des toilettes sans dire un mot. "Où tu vas .. ?" Il se retourne, ses mains se remettent à trembler. "Je.. Sais.. Pas... " Je fronce les sourcils. Il ne sais pas pourquoi il pleure et il ne sait pas où est-ce qu'il va. Il est complètement déboussoler. Mais Mon Dieu ce qu'il est beau. Mais qu'est ce qui m'arrive à penser comme ça ? Il te plaît. Ta gueule. Je prends mon sac et sors de la pièce trop éclairer. Je marche dans les couloir à sa recherche, où es-tu ? Je me tourne, et me retourne. Il a disparu. A vrai dire, Moi aussi je ne sais plus où aller. "Louiiiiis!" Putain. Pas elle. Je me retourne et lui fait mon plus faux sourire. Faut que je le retrouve. "Ma mère m'acheter une nouvelle robe... Et tu sais ce que ça veut dire ?" J'aime pas lorsqu'elle fait ça. Je l'a regarde, pour lui montrer que je suis intéresser et que je veux savoir, ce qui au fond est complètement faux. Je n'arête pas de penser à lui. Ces yeux sont tellement plus beau à regarder que les siennes, faut que j'arrête de penser comme ça. "On va manger au restaurant !" Elle sautille comme une petite fille. Qu'est qui m'a pris de dire oui, c'est dans ce genres de moments que je regrette mon choix. Elle m'étouffe. Je lui souris et commence à marcher vers la salle, je crois que j'ai jamais était aussi content d'aller en cour. Eleanor ne suit pas les même cours que moi. J'entre et vois qu'il y'a pas mal de monde. Bon au moins je suis pas arriver en avance. Enfin.. Ma place c'est la place du fond, celle contre la vitre. Tout le monde le sait, même quand je suis pas là, personne ne s'y s'assoit. C'est un peu symbolique, j'y ai graver mon nom au début d'année. Quand le cour commence à m'ennuyer je regarde la vue et me perds dans mes pensés. C'est mon truc à moi de penser sans arrêt, penser qu'il me manque quelque sans trop savoir quoi. Je pose mon sac sur le sol et sors mes affaires. "Bien aujourd'hui est un jour important.. Nous avons un nouveau dans la classe.." Niall se met à regarder Liam. C'est le nouveau dont Niall nous a raconté la vie .. Pas sa vie plutôt les choses qui ont marquer les gens. Tout le monde dans la salle le cherche regardant à droite à gauche. Pour ne rien manquer de son arrivé. Mais quel débiles, Ils me dégoûte tous, tellement. Il passera la porte d'entrée quoi qu'il arrive. Je sors mon livre et commence à jouer avec les pages. Contrairement aux autres, je m'en fou. Après tout il est comme nous. La seul différence c'est qu'il a tué quelqu'un et qui a voulu se suicider en sautant de la fenêtre de son propre salon. Dit comme ça.. ça perd tout son sens, il n'est pas comme Nous. Il entre dans la salle craintif. La tête baisser, il porte un slim noir et un tee shirt blanc. Ses cheveux sont bouclés et relever sur sa tête, et.. Mais je l'ai déjà vu.. Il lève la tête et regarde le professeur. C'est le mec qui a pleuré dans les toilettes ce matin.. C'est lui, il est là. Mais où était t'il passer ?  Il m'avais l'air si innocent, si fragile. J'arrive pas à me dire que ce si beau visage et cette adorable sourire ai pu faire tout ça.. Je peux pas. Il doit y avoir une erreur. "Il s'appelle Harry Styles.. Il a 17 ans, et il n'a pas eu la vie facile. Il revient au lycée après des mois .. De repos. Alors j'aimerai que vous soyer tolérant et gentils avec lui, c'est son premier jour ici. C'est dure de s'intégrer en milieu d'année .." Il me fixe. Je le savais, il fait Allusion à mon arrivé ici. Je suis arrivé en milieu d'année moi aussi. Je baisse la tête pour qu'il cesse de me fixer. "Bien Harry va t'asseoir au fond." Tout le monde à la tête tourner vers lui s'avançant vers le fond de la salle. Il marche sans faire attention aux autres comme si il n'était pas observer par une trentaines de personnes. Il m'intrigue, et le problème avec moi. C'est que quand quelque chose m'intrigue il faut absolument que je sache tout. Que je comprenne tout. ça m'a mis dans la merde plusieurs fois. Mais c'est plus fort que moi.. Le prof continu son cour. Et moi je le fixe. La salle est remplis d'élèves, et mes yeux ne cesse de se rivé vers lui. Il n'écrit pas, il ne lis pas, il fixe juste un point imaginaire. Attendant que le cour soit fini. "Hey Styles J'ai entendu dire que tu savais voler... Sauter par la fenêtre ne fera pas de toi un oiseau.. Tu le sais ?" Zayn. Ce mec est tout le temps là pour la ramener. A croire que ça l'amuse de faire du mal aux autres. On est bons potes, mais c'est tout. Harry ne bouge toujours pas. "Ta perdue ta langue.. ? Alors comment c'était de tuer quelqu'un ?" Il va trop loin là si ça continu je vais intervenir et Harry ne bouge toujours pas. Fais quelque chose Harry ne laisse pas Zayn croire qu'il peut te marcher dessus. "C'est pas jolie ce que tu as fait à ta maman... " Il relève la tête vers Zayn, je vois les point d' Harry se serrer sous la table. Sa mère est un sujet sensible.. à ce que je vois. Zayn sourit fière de lui, il veut mettre Harry en colère. Juste de la provocation. Je hais Zayn dans les moment comme ça. "Répond Harry..  J'ai l'impression de parler à un mur.." Harry ne bouge toujours pas. Et moi je ne peux m'empêcher de vouloir que tout ça s'arrête.  "Pourquoi Est-ce qu'à la fin du livre La petite fille meurt t'elle ?" Zayn se retourne. Les points d'Harry se desserre sous la table. Il prend une feuille et écrit. Sa jambe tremble, lorsqu'il écrit il fronce les sourcils. "Personne ?" Le prof passe dans les rang, s'arrête sur la feuille d'Harry et souris. "C'est ça Mrs Styles.. Elle meurt juste à la fin comme si le livre était une journée et que la fin était la nuit, elle ferme les yeux pour dormir, et dans le Roman elle meurt.. ça va sonner nous vous tromper pas de salle la prochaine fois.." Pourquoi il ne pas parler comme tout le monde ? Il n'a pas dit un mot depuis qu'il est entré,  Je veux savoir. Ce n'est pas de a curiosité malsaine, c'est juste qu'il m'intéresse.
La sonnerie retentit, tout le monde se lève à une vitesse. Je range mes affaires, Zayn bouscule Harry. "Répond la prochaine fois.." Il rit, Zayn rit. Harry baisse les yeux, et range ses affaires ses mains tremblent tellement que son cahier tombe par terre. Je suis le genre de personne qui observe et qui dit rien, j'aimerai ne pas l'être des fois. Je me baisse pour ramasser son cahier il prend son sac et sort de la classe. Et son cahier ? Je cours pour le rattraper. Il a disparu. Merde! Il disparaît à chaque fois.  "Louis! je te cherchais..  Viens on n'a l'entrainement.." Liam me tire, vers la bonne direction , son bras sur mon épaule, il  me guide vers le terrain. Je pense que lui aussi a remarquer que j'étais complètement perdu. "Sophia s'est acheter un maillot de l'équipe avec écrit au dos Miss Payne.. Elle est parfaite.." Liam sort avec Sophia Smith, une des filles les plus belles du lycée. Au même titre d'Eleanor, sauf que Sophia elle, elle est dix fois mieux. C'est que je pensais d'Eleanor au début. Je me suis trompé. On cours vers les vestiaires, on est en retard. Les vestiaires sont vide. Liam cours vers son casier. Je le suis. Il sort son maillot, de son casier. "T'as compris ?! Petit merdeux !" Je sursaute. Liam se retourne surpris. J'entends un violent bruit se cognant contre les casier, les portes en métal vibre sous le choc, putain qu'est ce qui se passe ?  Je cours vers le corps appuyer contre le casier, complètement épuiser. Je le tire. Il saigne du nez et la lèvres. "Liam aide moi.." Liam se baisse vers le corps, et fronce les sourcils. "Les gars bougez vous!" Liam se retourne, et cours vers l'entraîneur. Je vais me débrouiller seul à ce je vois. Merci Liam. Je porte le corps vers l'autre sortie. Je tourne ma tête, c'est Harry. Je le serre contre moi. Et m'arrête sur l'escalier. Je prends sa tête entre mes mains, il tremblent. Du sang coule de sa bouche.. Je sors une bouteille d'eau, heureusement que j'ai mon sac. J'approche la bouteille de ses lèvres, et le fais boire. "Rince toi la bouche.. Et crache.." Il crache l'eau, et tousse. Je sais pas quoi faire putain. Putain. Putain. Je le laisse tomber sur mes genou, sa tête sur mes jambes. Il tremble, il ne fais que trembler. J'ai mal au c½ur pour lui. Zayn est une ordure. Je lui caresse les cheveux. Il sont fins et soigneux. Il s'accroche à mon tee shirt. "Je suis toujours là.. Ne t'inquiète pas." Il fait glisser sa main et la pose sur ma jambe. Qu'est ce qui l'a subit pour se retrouver dans des états pareilles ? J'en ai la tête qui tourne. Il ouvre les yeux et se lève brusquement. C'est comme si il venait de se rendre compte de ce qu'il faisait. Je sursaute, il s'assoit à côté de moi effrayer.. "Calme toi.." Il joue avec la manche de sa chemise, grattant de plus en plus vite sur son poignet. "Arrête.." Une goutte de sang coule sur sa main. Bordel... Je lui tend ma main, il hésite deux bonne minutes. Si ça continu, je vais avoir une crampe. Il l'a prend. Je l'aide à se lever, il s'appuie sur mon épaule et je marche la tête baisser. Direction l'infirmerie. Moi je ne peux absolument rien faire. Je suis passer de la personne qui observe et ne fait rien. A la personne qui observe et qui agit.  Arrivé à son "Cabiné." Elle me demande de sortir, il a peur. Je le vois. A travers cette vitre il ne fais que de me regarder, il veut sortir de là. Il ne sens pas sécurité avec elle. Je le sens. J'entre soudainement je ne peux pas supporter de le voir comme ça.  "Louis sortez!" Je secoue la tête, Harry se jette dans mes bras. Et s'accroche à mon pull. Encore. "Mais .-" Je l'a coupe. "Il vient avec moi." Harry hoche la tête. J'avance jusqu'à la porte, il s'accrocher à moi. "Vous ne savez pas dans quoi vous vous embarquer Louis." Je me tourne vers elle, et ouvre la porte. Qu'est ce qu'elle voulait sous-entendre par "Vous ne savez pas dans quoi vous vous embarquer." J'aide juste une personne qui a besoin d'aide. Je ne m'embarque dans rien du tout. Harry me regarde, je lui souris. Il me sourit en retour. J'aime tellement le voir sourire. Y'a un truc que je ne comprends pas. Pourquoi Harry ne s'est pas défendu ? Pourquoi est ce qu'il fait comme si cela était normal ? Il tremble. Il a les mains gelés. "Tu as Froid.. ?"  Il hoche la tête. Je retire ma veste et lui met sur le dos, il me sourit. Sans doute pour me dire merci. On s'avance vers la sortie. Il ne peut pas continuer les cour dans cette état, et puis je suis trop fatigué pour faire quoi que soit. Harry m'a l'air tellement malheureux. La tristesse se lis dans ses yeux. Beaucoup de personne dise que le regard est le miroir de l'âme ou je sais plus. Et bien si c'est vraiment le cas, Harry est alors triste. Il prend ma main, et on marche comme ça, main dans la main. "Tu as déjà vu la mer ?" Il secoue la tête. J'aimerai tellement comprendre, il ne parle pas ou peu. Il tremble souvent et semble effrayer à chaque secondes. Et puis il s'inflige ses choses.. Je veux l'aider. Je veux être son sauveur. Je sais pas pourquoi j'agis comme ça. J'en ai juste très envie. Il m'a l'air si inoffensif. J'ai comme le devoir de le protéger. 
  On est arrivés. Il me regarde surpris, et lâche ma main. Il court dans le sable.. En rigolant. Son rire.. Putain..  Son rire est adorable. Ses yeux brillent.. Il est Magnifique. "Louis !! vient!! vient!! vient!!" Je cours vers lui et le prend par les hanches. "Regarde..!" Il pointe du doigts les nuages. Tout est tellement plus facile avec lui. Avec lui je me sens bien, je sens que je peux enfin être quelqu'un. Il attrape ma main, et la serre autour de son ventre. Je pose ma tête sur le creux de son épaule. Il sens bon.. La vue en face de Nous est Splendide. Ce qui est bizarre avec Harry c'est qu'il rend toutes les choses autour de lui plus belles. Il suffit de voir les quelques étoiles qui brillent dans ses yeux. Toute la tristesse a comme disparu. J'aimerai rester là.. Pendant des heures.  Il se détache de mon étreinte et cours vers l'eau. Je rigole il est tombé, il n'arrête pas de rire et moi aussi. C'est pas le même que ce matin, non là il est heureux. Ce matin il était effacé, perdu, effrayer. Je cours et me jette dans le sable à côté de lui.  Je me suis jamais senti aussi bien. Je lève ma main vers le ciel, cachant un nuage, puis deux. Il me regarde, je le sens. Il touche mes doigts avec sa main. Et il croise ses doigts aux miens. Il ne me regarde plus, il fixe nos mains liés. Sa main est chaude et douce contre la mienne. Il laisse tomber nos mains sur le sable froid. Il sourit et fait des va et vient entre mes lèvres et mes yeux. Mon c½ur bat de plus en plus vite. "Quel est ta couleur préférer ?" Je ris. C'est le genre de questions sans importance. Le genre de questions que tu pose quand tu n'a rien à dire, il attend la réponse. Apparemment c'est important pour lui. "Le gris.." Il fronce les sourcils. "Le gris ?" J'hoche la tête et il sourit. Je me lève un peu. Appuyer sur mon coude, je le regarde. Il lève ses yeux vers moi. "Et toi..?" Il regarde le ciel. "La couleur de tes yeux.." Je frisonne. Sa couleur préférer est celle de mes yeux. Je ne sais pas quoi dire, alors je pose ma tête sur son torse. Je sens son torse monter et descendre. Il pose une main sur mon dos. "Louis.. ?" Je lève ma tête vers lui. "J'ai peur..." Je me lève et m'assois. Il a peur de quoi ? Je fronce les sourcils. "J'ai peur que tu parte toi aussi.." Oh.. Mais pourquoi je partirai ? J'aime tellement être avec lui. "Pourquoi tu pense que je vais partir.. ?" Il s'assois, et fixe le sable. "O.. Oui.." Une larme coule sur sa joue. Non, je préfère le voir sourire. Je le serre dans mes bras. Il éclate en sanglot. "Hey.. Je ne partirai.. Pas.." Il me serre contre lui. Il a peur que je laisse. Je ne ferai pas une chose pareille. Mon père m'a dit cette phrase avant de partir et de nous laisser. 'Si tu vois une personne, seul, triste. Si tu vois qu'elle a besoin d'aide, aide là. Sois toujours là pour les gens qui ont mal à leurs c½ur..' Je souris à cette pensé. Il me manque. Je sais que tu me vois de là haut, je tiendrai ma promesse papa. "Promis.. ?" Je baisse ma tête vers Harry. Et dépose un baiser sur sa tempe. Il sourit, et joue avec mes doigts. "Promis.. " Il se détache de moi. Et sourit.. Je respire. J'ai l'impression de revivre en le voyant sourire. J'ai décidé qu'à partir de maintenant, personne n'avait le droit de faire de mal à Harry, peut importe les conséquences que ça va m'apporter. Il ne mérite pas ce qui lui arrive. Croyez moi, il a tué personne. Tout à l'heure il a écraser un mouche, il s'est mis à pleurer. Alors un humain.. C'est juste pas possible.

Chapitre 1.

Je viens de ramener Harry devant chez lui. Il m'a sourit et il est parti, Harry est un ange. Un ange à qui on n'a fait trop de mal. Je suis assis sur mon lit , le cahier d'Harry à la main. J'hésite. Je peux pas lire... Mais j'en ai tellement envie. Et puis qu'est ce qui peut se passer si je lis ? Rien. Personne ne le saura. J'ouvre la première page. "Harry." Son écriture est magnifique... Je tourne la page et laisse mes yeux exploraient chacune de ses lettres.

Harry.

Je sais pas où je me trouve. J'ai froid. Et je suis seul, Josh a décider de me frapper aujourd'hui. Je ne sens pas la douleur, enfin presque pas. Il m'a cracher sur le visage, je n'ai pas broncher. Je crois que ce qui l'énerve le plus c'est de voir que je n'ai aucunes réactions.  Je me suis enfuis de chez moi, je sais pas pourquoi j'ai fais ça. Mamie dormait et je voulais être seul. Alors  je suis parti. J'avais un meilleur ami, mais il ne me parle plus. Je sais pas pourquoi... Il dit que c'est pour mon bien. N'importe quoi! Il m'a laisser.. En quoi cela peut être pour mon bien ? Du coup au lycée je rase les mûre. Je me fais tout petit, je veux pas tomber sur Josh et sa bande. Ma mère m'a dit au téléphone qu'elle ne l'aimais pas que je lui avais gâcher la vie. Mon meilleur ami me laisse, ma mère ne m'aime pas. Je suis née pour souffrir ? Je n'aurai jamais naître ça aurait éviter tout ses problèmes. Mon existence se résume à avoir mal, à avoir peur. J'ai beaucoup trop mal ce soir, je vais tracer un nouveau trait, j'en ai besoin.
Bonne  Nuit.


Oh mon Dieu.. Harry... Pourquoi tout ces gens lui font vivre tout ça ? En quoi est t'il différent ? J'en ai mal au c½ur. Je comprends mieux pourquoi il m'a parler d'avoir peur que je le laisse. Trop de gens l'ont fait, et moi je suis pas comme eux. Non moi je lui ai promis, et je tiens mes promesses. Je veux le serrer dans mes bras. Je veux le rassurer, je veux qu'avec moi il se sente bien. Je veux être la personne qui le sauvera. Je ferme son cahier, je ne veux pas lire la suite. Je prends mon téléphone, et vois (7) messages. Je crois qu'il est temps de leurs répondre. Première message. Liam.

De Liam.
 
Je suis désolé pour tout à l'heure j'ai pas assurer.. Pourquoi t'es pas venu en cour ?

 
Non, il n'a pas assurer, ça c'est sûre. Harry était en sang et il l'a laissé pour un simple entrainement. Je ne préfère pas répondre. Harry mérite tellement mieux. Je sais pas, il est pas comme les autres, il sourit tout le temps. Il ne parle pas des autres, ni de ce qu'il a fait la veille. Non lui il aime l'essentielle, et il parle que pour dire des choses important.. Il s'exprime beaucoup avec son corps, ses yeux aussi. Je peux voir à travers son regard, je peux voir la tristesse, la solitude, aucunes lueurs, aucunes étincelle. Son regard est éteint. Je n'avais vu une regard aussi vide. Je veux faire briller ses yeux, je veux le rendre heureux.
 
De Eleanor.:
 
LouLou ? Pourquoi tu n'est pas venue en cour ? ( Tu m'as manquer..) Liam m'a dit qu'Harry était avec toi.. Pas la peine de défendre ou d'être là pour quelqu'un comme lui.
 
Haha ! Non mais là c'est la meilleur ! Ça veut dire quoi « quelqu'un comme lui. » ? Je vais me faire le plaisir de lui répondre.
 
À Eleanor:
 
Merci de me demander si je vais bien. ( Tu ne pas manquer.) Si je suis pas venu en cour c'est pour aider quelqu'un qui en avait besoin. Pas pour une stupide robe ou un sac non il était en sang, il tremblait. Et il était seul. Tu le connait ? Non. Tu sais si c'est les choses qui sont fondé sur lui sont vrai ? Non. Alors arrête, s'il te plait arrête putain. Et ne commence pas à me dire ce que je dois faire, parce que je préfère passer du temps avec lui plutôt qu'avec toi. Ouais c'est bizarre hein ? ça va faire 1 ans qu'on est ensemble, et en jour il a réussit à me faire comprendre ce que c'est d'être bien. D'être vraiment bien. Le jour où tu réussira à me prouver qu'Harry a tuer quelqu'un, appelle moi. Parce que perso pour l'instant je te ris à la gueule. Et dit à Liam que c'est un lâche. Un putain de lâche. Bonne soirée El.
 
Envoyé. Il fallait que je vide mon sac. Eleanor n'a jamais rien d'elle même, jamais. Elle se fait épaulé par les plus grands. Les problèmes il suffit qu'elle appuie sur un boutons pour qu'il disparaissent. Et elle ose juger les autres ? Qu'est ce que je fais encore avec quelqu'un comme elle ?
Je me laisse tomber sur mon lit, fixant mon plafond. « Louuiiiiis ! » Ma mère. Je me lève et la rejoint dans le salon. Elle est assise sur le canapé. « Assit toi. » Je m'assois à côté d'elle. Fronçant les sourcils. « Pourquoi il y avait du sable sur ta veste ? » Je baisse les yeux. Il manquer plus que ça. Je lève les yeux vers elle. « Un élève était en sang, il est nouveau. Les autres racontent d'horrible choses sur lui.. Je l'ai trouvé en sang, presque inconscient.. Je l'ai aidé, je l'ai aidé. Comme papa m'a toujours dit de faire, maman il était effrayer, seul, il tremblait. Je voulais l'éloigner de tout ça, alors lorsqu'il fut soigner je l'ai emmener à la plage, il n'avait jamais vu la plage.. Maman il est mal... Dans ses yeux je peux voir la douleur.. Il fallait que je sois là.. » Elle me sourit. Ses yeux deviennent humides. Non je ne veux pas qu'elle pleure. Je l'a serre contre moi. « Tu es comme lui... Vous êtes les même.. Je suis si fière de toi .. » Je souris. Je sens cette chaleur, je me sens bien. Elle se détache de moi, et se lève du canapé. Je lève mes yeux vers elle. « Je.. Vais nous cuisiner quelque chose. » Je me lève et hoche la tête. « tu veux quelque chose en particulier ?.. » Je lui souris, elle s'essuie les yeux. Elle n'aime pas pleurer, surtout devant moi. Parfois on ne contrôle rien, même pas ses propres larmes. Je monte à l'étage, j'ouvre la porte de ma chambre. Je me jette sur mon lit, j'attrape mon casque. Et monte le son... Je ferme les yeux et me laisse emporter par la voix de Matthew du groupe Muse.. Elle est magnifique. Je prends le cahier d'Harry. Je veux en savoir plus.
 
 
Chapitre 1.

Harry.
 
Grand mère m'a appris a jouer quelques notes au piano. Elle est la personne la plus importante dans ma vie.. Je me battrai pour elle, comme elle s'est battu pour moi. Sans elle, je serai probablement dans un centre spécialisé.. On a bien rit. Je suis fatiguer, hier j'ai pas beaucoup dormi. Je pensais trop à Théo... Et a tous ce qu'on a vécu. Il était mon modèle, mon frère. Mon seul vrai ami. J'ai mal.. Je voudrai qu'il passe cette porte, et qu'il me sourit. Qu'il me serre dans ses bras. Il me manque. Je ne suis peut être pas fait pour être heureux.
Bonne Nuit.
 
Je suis là Harry, je suis là maintenant tout va s'arranger. Mon téléphone vibre, je le prends. Messages, alors deux de Liam, un de Niall. Un de Stanley. Je clique sur mes messages. Liam s'excuse, Niall m'a envoyer une photo, et Stanley une invitation à sa fête.
Il y a un message de la part d'un numéros inconnu. Mon c½ur bat vite, je clique.
 
De Inconnu :
 
Aide-moi.
 
Mon c½ur se met à battre de plus en plus fort. Qui ça peut être ? Mes mains tremblent.
 
A Inconnu :
 
Qui es tu ?
 
Envoyé. Je suis assis sur mon lit, les mains qui tremblent, m'inventant les pires scénarios. Mon téléphone Vibre.
 
De Inconnu :
 
Personne.
 
Je frotte mes yeux, comment ça 'personne.' ? Non. Je veux une réponse, si c'est une blague, c'est pas drôle mais alors pas du tout.
 
A Inconnu :
 
Qui es tu ? Et ne me dis pas personne s'il te plait.
 
Je pose mon téléphone sur mon ventre. Et si cette personne c'était trompé ? Peut importe je veux savoir qui se cache derrière l'écran. Je dois rendre le cahier à Harry, il a du s'en apercevoir, il écrit souvent dessus. Si il n'écrit pas il dessine. Et je dois avouer qu'il dessine merveilleusement bien. Mon téléphone vibre.
 
De Inconnu :
 
Personne je te dis. Quel est première chose que tu ferai si la personne qui te déteste le plus te manque ?
 
Je fronce les sourcils, en quoi mon aide peut lui être utile ? Je répond.
 
 A Inconnu :
 
J'irai la voir, je ferai tout pour la récupérer, parce que si elle te manque vraiment. Fonce.
 
Je clique sur le message de Liam.
 
De Liam :
 
Je suis désolé Louis, Je suis vraiment désolé.
 
C'est facile de l'écrire sur un clavier.
Mon téléphone vibre.
 
De Inconnu :
 
Merci, Bonne Nuit Louis.
 
Je frotte mes yeux.. Putain y'a écrit Louis ? Il ou elle connait mon nom ? J'ai peur. J'ai vraiment peur.
 
A Inconnu :
 
Comment connait-tu Mon nom ?
 
De Inconnu :
 
Bonne Nuit.
 
Merde.
Chapitre 1.


 

Tags : Chapitre 1. Autistic Fic.

Chapitre 2. 30/05/2015


"Les morts sont des invisibles, mais non des absents." - Victor Hugo.


Chapitre 2.


Des livre sous les bras, j'avance vers la cafétéria. Les voix, les regards insistant. Je cherche Niall, pratiquement toutes les places sont prises. Toutes les tables sont remplies d'élèves riant en c½ur. Tous, sauf une. Au fond il y' a une table une personne y est assise. Et cette personne c'est Harry. Son plateau est poser devant, mais il ne touche à rien, il fixe le sol. Complètement enfermer dans sa bulle. Il ne regarde personne, et presque tout le monde se retourne pour le voir. Comme si c'était un divertissement. Niall me fait signe, je marche vers lui. J'ai envie de m'asseoir en face d'Harry, mais c'est plus fort que moi. Je pose mon plateau en face de celui de Niall. Il me sourit, Liam n'ose même pas regarder. Eleanor n'est pas avec Nous, tant mieux. Je ne veux plus la voir. En tout cas plus près de moi. Je ne peux pas m'empêcher de regarder Harry, comme si il allait se passer un truc. Je n'aime pas le voir si éloigner, si seul. Je me suis toujours demander ce que ça faisait la solitude, être constamment seul. C'est sûrement l'un des pires sentiments que l'humain peut ressentir. Niall lève ses yeux vers moi. « Louis..?» Je tourne mon regard vers Niall, il rit. « Oui..?» Il croque dans sa pomme, et regarde Liam. Je crois savoir de quoi il veut me parle, je crois. « Qu'est ce qu'il s'est passer avec Liam hier ? » J'avais raison. Je regarde Liam, puis Niall. « Rien.. Rien d'important. » Niall hausse les épaule et se concentre sur son assiette. Liam souffle, il est soulager. Je ne veux pas en parler. Et ça à l'air de lui rendre service en ne disant rien, il doit sûrement se sentir coupable, Liam a tendance à agir puis a s'en vouloir ensuite. Je n'ai pas faim, je me lève et poser mon plateau. Je me tourne pour voir si Harry est toujours là, non il est partit. J'ai soudainement mal aux c½ur, et ma gorge se serre. Il est juste sortit de la cafétéria et j'ai l'impression qu'il est partit en Voyage. Je pousse la porte, et  fais signe à Niall que je sors. Il hoche la tête. Je traverse le couloir, vide. Le couloir est vide. Je cherche mon casier, il est là, sans lui je me sens bizarre. Appuyer contre son casier, la tête contre la porte en métal, et une main pour soutenir son poids. Je m'approche lentement et laisse se poser sur le casier à côté de lui. « Harry... ? » Il lève sa tête, et me fixe droit dans les yeux. Ses yeux sont rouges et entouré par deux cernes violâtre. Aucunes émotions se lit sur son visage, son regard est vide, et mon c½ur se serre. « Ton.. Cahier.. Tu l'a fait tomber..» Je lui tend mais il ne prend pas. Il continu de me fixer. A chaque fois que ses yeux croisent les miens, je me prend une claque. Premièrement parce qu'ils sont Magnifiques. Et deuxième parce qu'ils affiche toujours le même sentiments. La tristesse, là c'est même pas la tristesse, c'est rien. Le néant. J'en ai des frissons. Il baisse ses yeux vers le cahier et le prends. Je reste là à le regarder. La sonnerie retentit, les autres arrivent, les voix résonnent dans les couloir, ainsi que les rires. Je me tourne pour regarder derrière moi. C'est un reflex. Je tourne ma tête vers Harry.. Putain. Il est partit. Fais chier. Je voulais lui parler. Il n'était pas d'humeur. Où est passer son sourire ? Je me sens pas bien. Je me suis jamais mal senti à cause d'une personne. Jamais. C'est la première fois, et je dois avouer que ça me fait vraiment peur. « Louis ! tu viens ? » Je lève mon dos de contre le casier et suis Niall. Le professeur nous ouvre la porte, Je m'avance jusqu'à ma place. C'est devenu une habitude, on pourrai presque croire qu'il a écrit mon nom sur cette chaise et ce bureau. La salle se remplit, les rires se multiplies. Je le cherche, fixant l'entrée.

J'ai éviter Eleanor toute la matinée, je ne veux pas qu'elle se mette à me refaire son numéro de la pauvre fille au c½ur brisé. Tout le monde s'assoit. La porte se ferme, c'est mort il ne viendra pas. J'entends Zayn rire fort j'ai envie de me lever et de lui foutre mon point dans la gueule. Je me tourne vers Niall, il rit avec lui. Liam écrit, complètement plonger sur sa copie. Je sors mes affaires et m'assois. Mon téléphone vibre, je le sors de ma poche et clique sur le message.
 
De Liam:
 
Merci pour tout à l'heure.. On peut parler après les cours ?
 
Je lève les yeux vers Liam et hoche la tête, il me sourit et se remet à écrire. Si Liam est partit c'est parce qu'il était paniqué. J'ai vu la peur dans ses yeux. Ce que je ne comprends pas c'est qu'il était prêt à aider Harry jusqu'à ce qu'il voit que c'est Harry, et là. Bam. Il est partit rejoindre l'entraîneur.
 
J'ai besoin d'explications. Je n'arrête pas de penser au cahier d'Harry et à ce qu'il avait écrit sur ces pages. Sa mère ne l'aimait vraiment pas ? Je n'ai jamais vu une mère n'aimant pas son enfant, qu'est ce que Harry bien pu faire pour que sa propre mère ne l'aime pas ? J'ai mal pour lui, il vit avec sa grand mère. Qui finira un jour ou l'autre par quitter se monde. Et ceux devant les yeux d'Harry. Il a l'air de tellement tenir à elle que ça le brisera. L'image de se yeux rouges et de sa peau pale, me hante. Il fait beaucoup trop chaud dans cette salle. J'ouvre le fenêtre. « Louis.. » Je me tourne, Zayn. Je continu d'écrire sans faire attention à lui. « Louis.. Répond.. » J'écris le prénom d'Harry sur ma feuille, de différente façon. Son écriture est tellement plus belle. « Louis.. ! » Je me tourne, il m'énerve. « Pourquoi tu m'ignore ? » Je ris, c'est nerveux. « Parce que trouver quelqu'un en sang dans les vestiaire à peine conscient par ta faute.. N'est pas suffisant ? Tu n'a rien à faire sérieux.. Tu vois pas qu'il ne peut pas se défendre, tu vois bien qu'il est... » Et là je m'arrête parce que j'allais dire que Harry est faible. Sauf qu'Harry est tout sauf faible. Il est même beaucoup plus fort que nous tous réunit. « Qu'il est quoi Louis ? » Je me tourne et fixe la fenêtre. Je n'ai pas envie de dire quelque chose que je ne pense pas. « Bien .. Monsieur Tomlinson Pourquoi soixante-six au carré ? » Je lève les yeux vers le prof perdu. Il lève les yeux au ciel, je baisse les yeux. « Vous n'êtes pas concentrer.. » Je soupire et me remet à écrire le prénom d'Harry un peu partout. Recevoir les messages d'un inconnu, connaissant votre prénom est tout sauf rassurant. Cette personne peut être n'importe qui autour de moi. La sonnerie, enfin. Je me lève et range mes affaires, faut que je sorte d'ici le plus vite possible. Je sors le premier, marchant vite vers la sortie. Je ne veux parler à personne, Liam attendra. Je veux voir Harry, je veux savoir ce qui ne va pas. Je veux le réconforter, je veux l'aider. Il était si distant. Je veux voir son sourire, j'ai besoin de voir son sourire. Il avait l'air tellement heureux hier .. Qu'est ce qui pu se passer ? Pourquoi il ne parle à personne ? Pourquoi il tremble souvent ? Pourquoi ? Il est entrain de me rendre fou. Je lève la tête, il est là. Juste devant de moi. Il ne bouge pas. Ses yeux me fixe toujours avec la même intensité. Tout s'arrête de bouger autour de moi, il y' a juste ses yeux. Ses yeux deviennent humides. Une larmes coule sur sa joue, il ne bouge toujours pas, même ses lèvres ne bouche pas. On reste là à se fixer, une deuxième larme vient rejoindre l'autre. Je lève ma main, j'hésite. Ma main tremble. Je passe mon pouce sur sa joue humide pour essuyer. Il pose sa main sur la mienne, et se jette dans mes bras, il craque. Il pleure dans mes bras, je l'encercle avec mes bras. Il pleure de plus en plus fort. Je caresse son dos avec ma main. Ses main s'accroche à ma veste. Je prend sa tête entre mes mains. Ses yeux sont gonflés, rouges. Ses lèvres sont plus rouge que d'habitude, et ses joues sont trempés. « Qu'est qui se passe.. ? » Il me chuchote qu'il y'a rien, mais là je vois bien qu'il ne pleure pas rien. Cette fois cette ci il sait pourquoi il pleure. Il se détache de moi, je lui prends la main, il me sourit, un tout petit sourire rien à voir avec les sourires d'hier, mais c'est un sourire quand même. J'en avais besoin. J'avais besoin de savoir que même si il est triste il peut quand même sourire. Juste un peu. On s'assoit sur le première banc qu'on voit, il fixe le ciel, la tête en arrière. Je le regarde, j'aime le regarder. Il tourne lentement sa tête vers moi. « Elle.. Va.. Va... Mourir.. » Non. Pas sa grand mère, c'est la seule personne qui est là pour lui, qui l'aime.. Et non. Non. Pas maintenant. Il se remet à pleurer, je le serre contre moi, sa tête enfouie contre mon torse, il pleure, il se lâche. Ma mère n'aime pas pleurer, elle trouve ça faible. Moi je trouve juste ça courageux, c'est normal de pleurer, et à certain moment ça fait du bien. Vraiment du bien. Il lève la tête. « Je veux pas... Je l'aime... » J'ai envie de pleurer avec lui, je n'ai peut être pas connu sa grand mère, mais je sais que c'est une bonne personne qui a su veiller sur Harry. Qui a su le rendre heureux, qui ne l'a jamais laisser tomber. Je ne sais pas pourquoi je parle d'elle au passé étant donné qu'elle n'ai pas encore partie. « Elle est tout pour moi.. C'est ma seul famille.. » J'essaye de me mettre à sa place mais c'est tellement dure, tout ce qui l'est entrain de vivre est tellement douloureux. Je me sens inutile et impuissant fasse à tout ça.


Chapitre 2.



Je me retourne et me retourne, je n'y arrive pas le sommeille ne vient pas. Je n'arrête pas de penser à Harry. Je ne peux pas le laisser comme ça. Je ne peux pas. Il est partit en me souriant pour me rassurer, mais ça avait l'air de tout sauf d'un sourire sincère. J'avais l'envie de lui courir après, mais je ne l'ai pas fais c'est plus fort que moi. Mon téléphone sonne. Qui m'appelle à cette heure-ci ? Je l'attrape. Un numéros inconnu, je répond ? Je répond. « Allo.. ? -Louis.. ? -Oui.. C'est qui ? -Elle est morte.... - Harry.. -Louis.. Je... Non.. Je suis allez la voir et elle ne respirer plus.. Louis je sais pas quoi faire... -Oh.. Harry je suis sincèrement désolée... Tu as appeler les urgences ? -No.. Non.. -J'arrive. -Quoi ? -J'arrive ne bouge pas. Et surtout respire. -.... J'ai peur.. Je ne veux pas.. Non.. -Harry ça va aller j'arrive d'accord..?  -Je veux pas me retrouver chez ma mère... -Tu n'ira pas chez ta mère.. Ne t'inquiète pas.. -Louis ? -Hmm.. ? -Merci... - Ce n'est rien, Je dois raccrocher Je vais conduire... Surtout reste calme.. Respire.. -D'accord.. A plus. » Il raccroche. Je démarre, Harry n'ira pas chez sa mère. Je ne sais pas encore où il ira mais il ne mettra pas les pieds chez sa mère. Hors de question. Je me gare, et sort de la voiture. Je marche jusqu'à sa porte. Qu'est qu'on est censé dire dans ce genre de situation ? Je suis entrain de trembler comme un malade Je tape ou je sonne ? Et puis merde je tape. Mon c½ur bat très vite, et j'ai la tête qui tourne. Je veux aider Harry. La porte s'ouvre sur lui, complétement apeuré. Je le serre dans mes bras. « C'est fini je suis là.. » Il se détache de moi et ferme la porte. Ses mains tremblent, et il arrive à peine à respirer.
« Je vais appeler les urgences. » Il hoche la tête. Je ne veux pas voir sa grand mère, la savoir morte. Je .. Non.. J'en ai les frissons. Je n'imagine même pas ce que dois ressentir Harry en ce moment. Je compose le numéros des urgences. « Oui ? -Bonsoir alors voilà la grand mère d'un certain Harry Styles est morte.. Nous sommes au trente avenue EastWay... - Le petit se sent comment ? -Mal très mal.. Il est au bord de la crise de panique venait vite.. -On arrive. » Je raccroche la poitrine serrer.


Chapitre 2.

 
 
La maison est vide, Harry est assis sur le sol, complétement éteint, aucuns mots ne sort de sa bouche. Il est juste là sans être là. Je ne sais pas quoi faire, pour l'aider. Alors je me lève et m'assois à côté de lui. Il laisse tomber sa tête sur mon épaule. Je scelle nos mains ensembles. « Je ne te laisserai pas tomber.. » Il lève les yeux vers moi. « Ils disent tous ça.. Et il finissent par partir comme les précédents.. » Je fronce les sourcils. Je ne suis pas ses personnes, non je ne suis pas comme eux. Je ne le laisserai pas. « Je ne suis pas ces personnes.. Je t'en prie fais moi confiance, je te l'ai promis, et mes promesses je ne l''ai brise jamais. » Il sourit encore, je sais que c'est mots il l'a du les entendre comme le refrain d'une chanson, mais je veux lui prouver que je ne le laisserai pas. Je veux faire parti des personnes qu'il aimera, des personnes qui ont toujours été là. Je veux lui prouver qu'il a tord et que personnes n'est pareille. « Tu vas venir habiter chez moi en attendant de trouver une solutions. » Preuve numéros Une. Ses yeux s'ouvrent soudainement, il se met à sourire, un vrai. Enfin. « Mais.. ? Quoi.. ? Non.. Je.. Non .. Louis.. » Je ris. Et le serre contre moi. « Si.. Tu va venir chez moi.. Et ça ne me dérange pas si c'est que tu essayer de me dire.. » Il rit. Je le regarde droit dans les yeux. « Tu n'es plus seul, je suis là maintenant. » Il me sourit et croise mes doigts aux siens. « Merci .. Merci pour tout.. Merci.. » Je lui chuchote que c'est rien et il s'endort dans mes bras. Je caresse ses cheveux, et ferme les yeux à mon tour. En espérant que demain soit un jour meilleur pour Harry.

Chapitre 2.



"Il s'inquiète pour moi.. Je crois que je peux .. Que je peux lui dire.."-Harry.


 

Chapitre 3. 03/06/2015

Chapitre 3.
 
 
 "On a deux vies. La deuxième commence le jour où on réalise qu'on en a juste une." Conficuis.
 

Allongé sur l'herbe humide, je fixe les étoiles. Je me sens bien comme si rien ne pouvait m'arrêter, j'espère que tu es fière de moi Papa. Le vent jouant avec mes cheveux, le calme. Finalement être quelque fois seul ne fait de mal à personne. Mon téléphone sur l'herbe à côté, j'attends un appel d'Harry. Il doit être vingt trois heures passé. J'ai vu sa mère, elle était au restaurant avec un Homme, alors que je mangeais avec ma mère pour lui parler d'Harry. Je l'ai reconnu, Harry m'avait montrer des photos, elle riait bien fort, comme si elle n'avait gâcher la vie de son propre fils, j'avais qu'une envie à ce moment là, celle de me lever et de retourner sa table.
Mon téléphone vibre, c'est lui, je souris bêtement et déccroche. « Harry.. ? -Il me reste quelques carton, Katy est entrain de m'aider tu es sûre de vouloir que je vienne habiter quelques temps avec toi ?.. - Oui Harry.. J'en suis sûre.. -Merci encore Louis.. -Harry ça va dix fois que tu me remercie, c'est normal de faire ça. -Tu fais quoi ? -Je suis allongé sur l'herbe... -A Cette heure-ci ? -Hum hum oui c'est vrai que dit comme ça ... Mais c'est géniale, un jour tu viendra avec moi. -Oui.. J'aimerai beaucoup Lou. Bon je dois te laisser, les cartons m'appellent.. -Bon courage ! -Merci Louis... » Et il vient encore une fois de me remercier. Harry n'avait jamais vu la mer avant de me rencontrer, pourtant c'est quelque chose que tout le monde connait. Je vais lui faire découvrir, le bonheur et la joie. Il a était tellement de fois triste, qu'il pense que c'est le seul sentiment qu'il a le droit de ressentir, ce que je trouve complétement faux. Il a le droit d'être heureux. Je commence à avoir froid, je vais rentré. Mon téléphone vibre. Je l'attrape et regarde le message. C'est Niall.
 
De Niall :
 
ça fait longtemps qu'on est pas sortie tous s' ensembles... Et puis tu passe de moins en moins de temps avec Nous.. Et puis c'est quoi ses rumeurs avec Harry ?
 
Mon c½ur loupe un battement, des rumeurs ? Quel rumeurs .. ?
 
A Niall :
 
Quel Rumeurs ?
 
De Niall :
 
Harry va venir habité chez toi car il a tué sa grand mère. T'es sérieux là ?
 
Quoi ? Mais il n'a pas tué sa grand mère ! Elle ne respirer plus et elle était de plus en plus malade, Harry n'y est pour rien. Non Niall me déçois vraiment.
 
A Niall :
 
Niall bon sang ! Il ne l'a pas tué ! J'étais là ! Elle ne respirer plus, ça faisait une semaine qu'elle était malade, Harry n'a absolument rien fait ! Si ça se trouve il n'a jamais tué personne ! Vous en avez pas marre d'inventer des conneries sur lui, sa grand mère est sa seul famille, il a personne. Et il aime plus que tout, et vous tout ce que vous trouvez à faire c'est de chercher d'la merde là ou il y en pas ! Vous êtes vraiment cons..
 
J'éteins mon téléphone, la boule au ventre. Quel bande de cons. Je me lève et marche vers ma voiture. Ils n'ont aucunes preuves de ce qu'il avancent mais ils continu, tout ça pourquoi ? Parce qui l'est différent à leurs yeux.
 
 
Chapitre 3.

 
 
Je suis allongé sur mon lit, je n'arrête pas de penser à Harry. Les rumeurs ont du faire le tour du lycée, demain je resterai avec lui, peut importe ce qui se passerai. Je lui ai promis. Je prends mon mac et me connecte sur les réseaux sociaux. Non... Pas ça. Il ont créer une page, une page consacré à Harry, oh mon Dieu... Je ferme la page, je ne veux pas voir ça. J'espère qu'il n'a pas vu la page, et j'espère qu'il ne l'a verra jamais. J'allume mon téléphone, pourquoi est ce que sa mère ne voulait pas de lui ? C'est insensé, une mère aime son enfant. Je ne comprends pas, je vois bien qu'Harry est différent, dès le début je l'ai compris. Mais pourquoi lui faire du mal ? (1) Message. Je clique, c'est l'inconnu.
 
De Inconnu :
 
Verticale ou horizontale ?
 
Quoi ? Mais de quoi 'Inconnu' Parle ? C'est quoi cette question ? J'en sais rien moi. Je me met à trembler et tape. 
 
A Inconnu :
 
Verticale...
 
Enoyé.
Je pose mon téléphone sur les draps, qui ça peut bien être ? Liam ? Non il a mon numéros. Cette personne me connait, elle connait mon nom. Cette personne sait qui je suis. J'ai peur.
 
De inconnu :
 
Merci.
 
A Inconnu :
 
Qui es tu...?
 
De Inconnu :
 
C'est sans importance.
 
A Inconnu :
 
ça en a pour moi, tu sait qui je suis, j'ai le droit de savoir de qui tu es...
 
De Inconnu :
 
Non.
 
A Inconnu :
 
Pourquoi m'avoir poser cette question...?
 
De Inconnu :
 
Je n'arrivais pas à me décider.
 
A Inconnu :
Décider à quoi...?
 
De Inconnu :
 
Bonne Nuit.
 
A Inconnu :
 
Non..! Attends..!
 
A Inconnu :
 
Répond...
 
A Inconnu :
 
Ouais, c'est ça Bonne Nuit..
 
Super. Je jette mon téléphone, frustré et ferme les yeux. Demain après les cours Harry vient dormir chez moi.
J'angoisse, c'est vrai je me suis attaché à Harry, mais je pas sais si il est végétarien. Je sais c'est bizarre.. Je sais pas ce qu'il aime, et ce qu'il aime pas. J'espère être à la hauteur, j'ai peur de ne pas savoir comment bien me comporter. 
J'aimerai vraiment qu'il se sente comme chez lui. Je veux rendre quelqu'un heureux. Pas n'importe qui, non la je m'égare je veux rendre Harry heureux, c'est comme un défis que je me suis lancer, un défi que je compte réussir. Snickers me grimpe dessus, et ronronne, j'avais huit-ans quand on l'a eu.. Et depuis rien à changer. Je me demande où est-ce que Harry va dormir. Je crois que je devrai arrêter de penser à demain. Je ferme les yeux, et me laisse emporter.
 
 
J'adore me faire réveiller par mon chat, non ça c'est que dans les film parce qu'en réalité se faire réveiller par son chat c'est tout sauf agréable, à part si vous aimez manger des poiles de chats au réveil. Je me lève, la tête lourde et descends voir ma mère, elle est dans la cuisine, un sourire aux lèvres et moi j'angoisse déjà. « Louis.. Bien dormi ? » J'hoche la tête et elle sourit, ma mère travaille à l'hôpital, elle s'occupe des enfant handicapé, ou des personne âgé.
Je bois un verre de jus d'orange et cours me changer. « Louis tu déjeune pas ? » Je me retourne vers elle. « Non je suis en retard ! » Je monte les escaliers, j'entre dans ma chambre. J'ai peur de ce qui va se passer aujourd'hui, à cause de la page sur Harry. A cause des rumeurs sur sa grand mère. J'ai peur de pas pouvoir réussir à le défendre devant tout ce monde. J'ai peur de pas être assez fort, je veux tenir ma promettre, je veux qu'Harry ne sois pas déçu comme il a souvent était. Parce que je ne suis pas toutes ces personnes. Je prends mon sac et sort de la pièce, je range mon téléphone dans ma poche et me retourne une dernière fois vers la chambre. J'ai mal aux ventre, j'angoisse trop. Je souffle un bon coup et descends les escaliers. Je dépose un baiser sur la joue de ma mère, elle me sourit j'aime tellement la voir sourire. Je pousse la porte d'entrée, c'est bon je ne peux plus faire marche arrière, j'ai pris une décision, je me lancer un défis, et je dois tenir une promesse. Notre promesses. C'est la première fois que j'agis comme ça et je dois avouer que ça m'effraie.


 
J'avance la tête baissé, je ne veux pas croiser leurs regards. J'entends des hurlements, des cris. Des rires. Je m'avance vers « la foule » si on peut appeler ça comme ça. Il y'a tellement monde dans le couloir, pourquoi ? Mon coeur bat de plus en plus vite, je me sens mal. J'ai un mauvais pré-sentiment. Je l'ai pousse pour me frayer un chemin. Oh non... Pas ça, c'est pire que ce que je penser.
Harry est là, en larmes. Au milieu de tout ses regards moqueur, Zayn et Stanley l'on attacher à un casier, lui offrant chacun leurs tours un coup de point dans l'estomac. Il grimace, il a des bleu de partout sur le visage et du sang coule de sa bouche. Son regard en dit long, il vont le tuer si ça continu comme ça. Putain. Pourquoi il ne le laisse pas tranquille ?! La colère s'empare de moi, personne n'a le droit de le toucher, personne putain.  Mon c½ur bat beaucoup trop vite, et mes mains tremblent, j'ai l'impression de sentir la douleurs que ressens Harry après chaque coup. J'ai envie de vomir. J'attrape Zayn par le col, il me sourit en coin. Je lui met un coup de point au visage, il tomber terre, je vois flou, putain. Stanley continu de frapper Harry. Et Harry ne dit rien, il subit. Ses yeux vert me fixe comme pour me dire 'Sauve moi..' Je pousse violemment Stan sur le sol, et détache Harry. A bout de force il tombe dans mes bras, les autres élèves râle et moi j'essaye de sortir d'ici. On se dirige vers la sortie, le directeur intervient, mais c'est trop tard, Nous sommes déjà loin. On avance vers ma voiture, il est complètement détruit. Quand t'est ce qu'il va enfin être heureux ? Mon défis est loin d'être facile. Je le porte et le pose sur le siège arrière. Je ne préfère pas lui demander si ça va. Je démarre et le trajet se fait en silence, tout ce que j'entends c'est Harry qui respire fort. Beaucoup trop fort. Je sors de la voiture et le porte jusqu'à la porte d'entrée de chez moi. Il ne pose pas de questions, il s'accroche à moi, gémissant de douleur,  il a trop mal pour ça. J'ouvre la porte à l'aide des clefs mes mains tremblent tellement que j'ai mis au moins cinq minutes à ouvrir une porte. « Oh mon Dieu Louis ! Mais qu'est ce qui s'est passer ?! Le pauvre garçon ! Oh Mon Dieu ! Pose le sur le canapé, j'arrive. » Il s'assoit et fixe le sol. Complètement abattu. Ma mère s'approche de lui. « C'est Harry maman.. Au lycée il lui font la misère, et encore c'est un euphémisme.. » Elle fronce les sourcils et pose une compresse sur sa lèvres en sang. Il ne fait rien , il fixe juste le sol. Absent. « Pourquoi? » Je l'a fixe droit dans les yeux. « Parce qu'il est différent.. » Harry lève les yeux vers moi. Ma mère le regarde avec peine. « Oh.. Pauvre garçon.. C'est fini Harry, nous sommes là.. » Il essaye de sourire, j'ai envie de lui sauter dessus et de le serre fort dans mes bras. J'ai tellement mal au c½ur pour lui. Il a sûrement du prendre l'habitude, d'après ce que j'ai lu dans son carnet, il a beaucoup souffert.

 
Chapitre 3.

 
Ma mère est allez travailler, et nous on est sur le canapé, Harry dans mes bras. Mes mains dans ses cheveux. On regarde un film, je sens son c½ur battre et je sens parfois ces mains caresser ma peau. « Pourquoi est qu'il aime ? » Je baisse mes yeux vers lui. Ses sourcils sont froncés, il est adorable. Il ressemble à un enfant. « ça ne s'explique pas Harry, l'Amour ça nous tombe dessus comme ça.. » Il hoche la tête et se concentre sur le film.
Il joue avec mes mains, et je ne peux m'empêcher de le comparer à Eleanor, avec lui on parle vraiment, et puis ses mains sont douces, et sa voix est tellement plus agréable à écouter. Et puis il ne juge jamais personne, et son rire est authentique. Il est pas travailler devant sa glace le matin, oui elle faisait ça. Ses yeux se ferment, il est fatigué, et je le comprends. Ça n'a pas été facile pour lui aujourd'hui. Ses yeux se ferment, et sa tête tombe sur mon épaule, mes yeux se ferment seul. Il est contagieux. Je l'ai ferme, et serre Harry dans mes bras.
On S'est endormi comme ça dans les bras l'un de l'autre. La télé allumer. Ma main poser sur sa poitrine, je fais ça pour me rassurer. Pour m'assurer qu'il est toujours là, qu'il respire. Et que tout va bien.
 
 
J'ouvre les yeux, et m'étire. Je me tourne vers.. Mais où est Harry ? Oh putain ! Merde. Je me lève et cours dans tout le salon. « Arrête de courir comme ça. » Je me tourne vers la voix. C'est lui, c'est Harry. J'ai eu peur. Je suis con. Vraiment con. « T'était où ? » Il rit, oui il rit. Et putain ce que ça me fais du bien.
« A la cuisine, je préparer le déjeuner. » J'hausse un sourcils, il n'aurai pas du. Je lui souris et m'avance vers la cuisine. Woah.. C'est un festin pas un déjeuner. Il me regarde et fronce les sourcils. « ça te plait pas ? Si ça te plait pas je peux tout recommencer... » Je le regarde en souriant, il est toujours inquiet pour rien, je m'approche de lui, et le serre dans bras. « C'est parfait.. » Il souffle, et moi je ris.
« Les garçons ? » Je sors de la pièce et serre ma mère dans mes bras. Elle entre dans la cuisine. Un énorme sourire s'affiche sur son visage, elle surprise, enfin je crois. « Woah.. Mais qui a fait tout ça ? » Harry se met à sourire en fixant le sol, elle s'approche de lui, et le serre dans bras. « Merci Harry c'est tellement gentils de ta part ! »' Il enfouie sa tête dans les bras de ma mère, ça doit lui faire bizarre, de voir une mère et un fils aussi bien s'entendre. Il est tellement pas habitué qu'il serre ma mère très fort. « C'est à moi de vous remercier.. Merci pour tout..» Il en avait besoin. Il avait besoin d'un peu d'amour.
 
« Tu as pris ton traitement ? » Je lève la tête vers ma mère, quel traitement ? De quoi elle parle ? Il baisse la tête. « C'est important Harry va l'ai prendre.. » Il hoche la tête, et ouvre la boites de pilules avant de l'ai avaler comme ça, sans eau. Je suis totalement perdu. Ma mère attrape ma main et me guide vers le salon. « Tu ne le savait pas ? » Elle chuchote. Je secoue la tête en fronçant les sourcils. Qu'est ce que je ne sais pas ? « Il est malade... » Je suis encore plus perdu. « Malade ? » Elle hoche la tête, et baisse les yeux. « Il est atteint d'Autisme.. » Atteint de quoi ? Oh Mon Dieu.. Je.. Je comprends mieux maintenant. Je Woah, il me fixe depuis la cuisine, ses yeux deviennent humides, non. Il a tout entendu, je m'avance vers lui, et le serre dans mes bras. « Peu importe ce que tu as Harry ça ne défini pas ce que tu es... » Il me serre dans ses bras, et me chuchote. « Louis ? » Je me détache, et le fixe droit dans les yeux. « Tu va me laisser maintenant ? » Je secoue la tête. « Non.. Non je ne te laisserai pas.. » Il essuie ses larmes, et ma mère nous fixe depuis la salon, un sourire aux lèvres. Les yeux remplis de fierté.
 
Chapitre 3.

 
 
Louis ne s'est pas dans quoi il met les pied, non il ne sait pas. Il a comme sauter dans le vide sans savoir si la chute sera brutale.
 
 
« Il a dit qu'il ne me laisserai pas.. Mais j'ai quand même peur. »-Harry.

Chapitre 4. 11/06/2015

                                                         
                                   “L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme”- W. Shakespeare.
 
Chapitre 4.


D'abord il m'a demander de me retourner pour ne pas que je le vois en boxer, je l'ai fais. Et comme c'est plus fort que moi, curieux. Je me retourner juste pour voir, et là. A cette instant précis, j'ai senti comme mon c½ur exploser, non pas parce qu'il était magnifique en boxer, non parce que son corps était recouvert de bleus et de profondes coupures, surtout aux niveau de ses bras, ses cicatrices étaient tellement profondes qu'on pourrait bientôt apercevoir ses os. Rien que d'y penser j'en ai les frissons. Il m'a hurler dessus en me disant qu'il me détester. Et il est parti, me laissant seul dans la pièce complètement choquer, sans voix.

Je suis assis sur le siège de ma voiture, les mains serrant sur le volant. Mon c½ur qui bat violemment contre ma poitrine, j'ai peur. J'ai peur de l'endroit où il pourrai être. J'ai peur de l'avoir perdu. Je ne veux pas le perdre, non surtout pas maintenant. Je l'ai appeler au moins dix fois, il ne répond pas. J'ai essayer les messages, rien. Tout ce que je peux faire c'est chercher dans chaque recoin de chaque rue, et si ça doit prendre la nuit, je n'abandonnerai pas. Non je ne peux pas abandonner. Je ne le veux pas. Il fait trop sombre, et tout ce que je peux voir sont des silhouette, quelques perds de yeux mais c'est tout. Rien de très précis. A chaque fois j'ai l'impression de le voir et je m'excite pour rien , ça va faire plus d'une heure que je le cherche, et plus le temps passe plus je sens que je ne le reverrai pas. Peut être que je ne suis pas capable de tenir une promesse, peut être que je ne suis pas assez fort, pas assez courageux. Je croyais pourtant que je l'étais. Je me suis littéralement trompé. Je ne m'arrête pas de rouler. Je veux le retrouver. Je me gare, et sors de la voiture. Mon téléphone vibre contre ma cuisse. Je le sors de ma poche et regarde le messages, c'est l'inconnu. Ce n'est pas le moment. Je clique sur le message.
 
De Inconnu :
 
29.
 
Quoi ? C'est quoi encore ? Mais à quoi cette personne joue ?
 
A Inconnu :
 
Je peux savoir de quoi tu parle...?
 
De Inconnu :
 
C'est ce qu'il a écrit sur ton tee shirt, pourquoi 29 ?
 
Quoi ? Oh Mon Dieu... Je me tourne et vois un homme avec un capuche, je ne vois pas son visage. Je tremble. Je m'approche lentement. Il a disparu, putain ! C'est une blague ! Il était là pourtant. Je suis entrain de devenir fou. Complétement fou. Mon téléphone vibre.
 
De Inconnu :
 
Tes yeux brillant dans le noir, est la plus belle chose que je n'ai jamais vu.
 
A Inconnu :
 
Merci... Comment tu connais mon nom.. ?
 
De Inconnu :
 
Tout le monde te connait Louis. Et tout le monde t'aime.
 
A Inconnu :
 
Tu te trompe...
 
De Inconnu :
 
Je ne me trompe presque jamais sur ça.
 
A Inconnu :
 
Presque..
 
De Inconnu :
 
Bonne Nuit Louis, fais attention à toi.
 
A Inconnu :
 
Bonne Nuit à toi aussi.. Euh... ?
 
De Inconnu :
 
'Quelqu'un' ?
 
A Inconnu :
 
De personne tu es passer à quelqu'un .. Je trouve ça mieux...
 
A Inconnu :
 
... ?
 
A Inconnu :
 
Bonne Nuit Quelqu'un...
 
 
Mon téléphone sonne. Dite moi que c'est Harry, je suis mort de trouille. C'est lui, enfin.
« Harry.. ? -L.. Lo.. Lou.. Louis... Je.. Fro.. Froid... -Harry.. T'es où ? -De.. Devant chez.. Ma.. Ma.. Grand.. Grand.. Grand. Mère... -Oh.. Bouge pas. J'arrive. -Je... Veux.. La .. La.... Re... Revoir.. Louis.. -Harry tu.. Je suis pas loin. - Ne.. Ne.. Me... Lai.. Laisse ... P.. Pas.. -Jamais. »
 
 
Je suis assis à côté d'Harry en larmes. Il tremble, complètement enfermé dans son bulle, je suis là impuissant. J'ai dis que je voulais le prendre dans les bras, il a refuser. Il se ferme. Et ça m'a fait mal, j'aimerai le protéger, l'aider. Mais dans ce genres de moment je ne peux rien faire. Je ne peux pas faire revenir sa grand mère. L'image de son corps meurtri me hante. Mais j'essaye de penser à autre chose, j'essaye de faire comme si de rien, il n'était pas prêt et il est parti. Je ne veux pas prendre le risque de le perdre encore une fois.
Je me tourne vers lui, il ne pleure plus. Il se remet à fixer le sol. Perdu dans ses pensés, je me demande à quoi il pense. Ses mains tremblent, et mon c½ur se fend. Je n'avais jamais souffert pour quelqu'un avant. Ce n'est pas de la pitié, ou même de la compassion. Non je tiens à lui, et de le voir comme ça. Me fait un mal fou. Il tourne lentement son visage vers moi, son visage trempé par les larmes. Ses yeux si beaux sont rouges et gonflés et son sourire a complètement disparu. Il me fixe en se mordant la lèvre. Je le tire vers moi, et le prend dans mes bras. Je lui caresse les cheveux, et il ne dit rien. Il fixe le sol. Et tout ce je veux c'est le rendre heureux, réaliser un de ses rêves n'importe lequel. Je veux qu'il oublie toute cette souffrance, je veux qu'il connaisse le bonheur, le vrai. « Harry.. ? » Il lève la tête et me regarde. « Où voudrai tu aller ? » Il fronce les sourcils, un sourire en coin. Il sourit, il sourit. Enfin, lorsqu'il sourit, c'est comme si il me faisait comprendre qu'il y' a encore de l'espoir. L'espoir de le voir un jour heureux. « J'aimerai aller dans le ciel. » Je lui souris et prend sa main. Je vais l'emmener dans le ciel, ou du moins je vais faire tout mon possible pour. « On ira dans le ciel.. » Il se détache de moi, et me regarde surpris, un énorme sourire se dessine sur son visage, et je respire enfin correctement, des étoiles brillent dans ses yeux. J'ai réussis. « Pour de vrai ?! » Il a l'air si heureux à cette instant. J' hoche la tête, et il hurle de joie. Sa voix grave me donne des frissons. Je ris, parce qu'il y'a cinq minutes il pleurait et là il danse et hurle de joie. Les yeux plein de rêves. Et moi je me sens enfin bien. Enfin.
 
Chapitre 4.

 
 On est dans ma chambre, Harry est assit sur mon lit. Ses sourcils sont froncer, il est concentrait. Il dessine, et moi je cherche un moyen de réaliser son rêve. Parce qu'en le rendant heureux, je suis heureux. J'ai beaucoup trop mal à la tête. Je ferme l'ordi et m'installe à côté de lui. Je me penche vers son dessin, il le retourne je ris. « Non pas encore Louis. » Je lui souris et m'allonge sur le lit, il se remet à dessiner. Je laisse ma tête tomber en arrière, fermant les yeux. Mon corps se détend et mes muscles ne souffre plus. Je sens une masse chaude grimper sur moi, j'ouvre les yeux et lève la tête. Harry est assit sur moi. Je ris et les serre contre moi. Je n'ai jamais été aussi proche de lui. Ses jambes enroule mes hanches, et ses yeux fixent mes lèvres. Je pose mes main sur son dos afin de plus le sentir contre moi, Je fixe ses lèvres. J'ai tellement envie de l'embrasser, là maintenant. Mais je ne fais rien, j'ai peur. Il se penche et dépose ses lèvres contre la peau de mon cou. Oh.. Dieu.. Je frissonne. Et j'ai de plus en plus chaud, comment un simple baiser sur un cou peut faire autant d'effet ? Je peux plus tenir. Il relève la tête, je ne peux pas décrire ce que je vois dans ses yeux. C'est beaucoup trop fort. Ses yeux ne quitte pas mes lèvres, son visage s'approche lentement du mien. Oh Mon Dieu... Il va.. Il va m'embrasser. Je suis pire qu'une gamine attendant son premier baiser. Il lève ses yeux vers moi, et il sourit en coin. Ses lèves se pose sur les miennes. Je sens mon estomac se tordre, une chaleur me traverse le corps, une agréable chaleur. Je bouge lentement mes lèvres contre les siennes. Mes main dans ses cheveux décoiffés. Il soupire et passe sa mains chaude sous mon tee shirt. Nos langues danse ensembles et j'ai de plus en plus chaud. Son bassin ondule sous moi. Oh.. Putain.. ce que c'est bon.. On devient de plus en plus sauvage. Je n'ai plus le contrôle , non aucuns contrôle. Nos bassin s'entrechoquent, bougeant violemment. Il gémit, et je n'avais rien entendu d'aussi sexy que ce gémissement. Il se détache de moi, on est essoufflés, on sourit comme des idiot. Collé l'un contre l'autre. On transpire, et putain je n'avais ressentit un truc pareil. Je n'ai jamais éprouver autant de plaisir que ce soir, je n'ose même pas imaginer ce que serai d'aller plus loin. Il tombe sur le lit à côté de moi, un sourit au lèvres, il fixe le mûre. Je suis stupéfait, complètement sur le cul. Jamais personne ne m'a embrasser comme il a fait, et je n'ai autant ça de toute ma vie. Et des lèvres j'en ai embrasser, comme celle d'Harry jamais. Je sens que ce soir je ne vais pas dormir. Je me suis toujours demandé ce que ça faisait d'embrasser quelqu'un d'autre qu'une inconnue ou qu'Eleanor, et là je me sens cons. Parce que je suis passer à côté de ça. Je suis passer à côté des ses incroyables lèvres. Et de son incroyable façon de m'embrasser. Je me tourne vers lui, et pose ma tête sur son torse, et pour la toute première fois. C'est moi qui a l'impression d'être protéger. Il caresse mes cheveux, et je ris. Les rôles viennent de s'inverser, mais seulement pour ce soir.
 
Chapitre 4.


 
Sa mains dans la mienne, on avance. Mon c½ur bat beaucoup trop fort. La porte s'ouvre et les cri et les rires se font entendre, je suis le seul à avoir peur. Harry à l'air de s'en fiche. Il avance, sans hésiter. Il n'a pas peur. Alors que c'est lui qui a subit, pas moi. La sonnerie retentit, il lâche ma main et il avance vers la porte, le prof lui sourit et lui dit qu'il est content de le voir. Et moi je marche la tête baisser. Liam arrive vers moi, je m'arrête. « Je suis désoler Louis, vraiment.. tu es mon meilleur amis, et tu me manque, nos délires me manque, ton rire me manque, nos parties de fifa me manque, nos plans drague me manque, nos blagues pourri me manque, nos soiré à faire du skate me manque, nos nuits à ce confier me manque.. Tu me manque, je ne suis pas comme eux. Et j'ai d'ailleurs arrêter de traîner avec eux, ce qu'ils ont fait à Harry est inhumain, et si tu as besoin de quoi que soit je suis là, je serai toujours là. Je te l'ai promis, la dernière fois j'ai paniqué. C'est pas facile, et puis il y'avait toutes ces stupides rumeurs.. Et je ne savais pas quoi faire et toi tu l'a aider, tu l'a sauver, tu es le seul. Et je te trouve tellement courageux putain.. Tu es comme lui, Louis tu es comme ton père. Et on sait tout les deux qu'il l'était comme mon père. Tu.. Je t'en prie pardonne moi.. » Putain, il vient de me faire pleurer. Je le serre dans mes bras. Il m'encercle de ses bras muscler, et me chuchote un merci. Je ne peux pas laisser une personne aussi sincère sortir de ma vie. Je ne peux pas, c'est le seul qui m'a prouver qu'il était vraiment mon meilleur ami. Il se détache de moi, il me sourit, je lui souris en retour. La porte est fermer, il ouvre. Le prof se tourne vers Nous, je m'avance vers ma place. Toujours la même place, tout le monde me fixe, me dévisage. Je leurs offrent mon plus beau sourire et m'assois. Ils peuvent dire ce qu'ils veulent. C'est moi qui gagne, oui j'ai la chance de connaître et de voir Harry comme personne ne le voient. Et ça c'est une des plus belles victoires qui soit. Il est assit il fixe le tableau, sans écrire. Je me demande si il va parler. Si il va trouver le courage de parler. Je  lui envoye un message.
 
De Louis :
 
Bonne Chance, Harry. Je suis avec toi.
 
Il se tourne vers moi et me sourit, je lui souris en retour. Le prof fixe Harry et finit par l'interroger.
« A votre avis, la vie mérite t'elle d'être vécu.. ? » Harry se tourne vers moi, et respire un bon coup, ne regardé que moi l'aide à s'exprimer sans paniquer.
« Oui, car même si elle est parfois cruel, elle nous montre et nous prouve qu'il reste quelque chose sur lequel on peut s'accrocher, sur lequel on peut être heureux. Ce quelque chose peut vous redonner l'envie de continuer, de vous battre. De sourire et de vous lever tout les matin, ce quelque chose peut changer votre vie. Donc oui la vie mérite d'être vécu, car si on n'abandonne, on pourra jamais avoir si un jour on sera heureux, alors il faut rester fort, et il faut croire. Et un jour, par miracle une personne viendra et vous tendra sa main. Attraper là, n' ayez pas peur. Car cette main peut vous empêcher de vous noyer. » J'en ai les larmes aux yeux putain. Il vient de .. Il vient de répondre à la question du prof mais il vient aussi de m'arracher le c½ur. Ce quelque chose.. Ce miracle.. Cette personne, c'est moi.
 
De Louis :
 
Merci, Harry...
 
Il se tourne et me sourit timidement. Le prof sourit, surpris de voir qu'Harry a réussit à parler avec facilité. Je suis surpris moi aussi, mais sûrement pas pour la même chose.
 
A Louis:
 
Ce n'est rien Louis, j'avais besoin de le dire. Et devant toi, je n'aurai pas trouver le courage. Alors merci de me sauver, merci de me rendre heureux, merci d'être ce quelque chose. Ce miracle.
 
La sonnerie retentit, je me lève. Je n'ai même sortit mes affaires. Le temps est passer tellement vite. A force de le fixer... Je cherche Zayn et Stanley, il sont pas là. Après ce qui s'est passer je crains qu'il ne reviennent ici. Harry se lève, une fille se met à lui parler. Qu'est ce qu'elle a celle là ? Non mais elle va s'arrêter. Il rit, il rit grâce à quelqu'un d'autre que moi. Je me sens pas bien. Elle touche son tee shirt ! Putain elle le drague ! Elle va m'entendre elle. Mais oui bien sûre Louis, tu compte lui dire quoi ? Touche à Mon Harry. La ferme conscience. Elle le prend par le bras, et le guide jusqu'à la sortie. Quel pute ! Tu voit pas.. Qu'il.. Qu'il est à Moi... Je suis entrain de faire une stupide crise de jalousie. Reprend toi Louis.. Je sors énervé. Liam m'appelle, je me tourne vers lui. « On mangent ensembles ? »
J'hoche la tête et Liam sourit. Niall nous fixe et je baisse les yeux. Il se sent mal, et il y' a de quoi. Il a filmer la scène, il faisait parti des moutons qui filmer Harry entrain de souffrir. Et ça je peux pas. Je peux pas lui pardonner, pas pour l'instant, ce qui m'étonne c'est ce que ce n'est pas le genre de Niall. « Alors comment ça se passe avec Harry.. ? » Je me tourne vers Liam, et ouvre mon casier. « Tout va bien pour le moment, il est adorable avec tout le monde, même Snickers l'adore. Ma mère s'est attachait à lui.. Donc tout va bien ! » Il rit, et s'approche. « Et toi ? C'est bien jolie .. Ton chien l'aime, ta mère aussi et toi ? »
« Je l'aime bien plus que tu ne le pense.. » Et c'est sortit tout seul, il me sourit. Et je ferme mon casier. Je viens de dire que je.. Mais je suis con. C'est pas possible. Heureusement que c'est seulement Liam.
Je me suis jamais poser la question. Liam vient de m'ouvrir un peu plus les yeux. J'aime quelqu'un. Putain.. Je suis entrain de tomber Amoureux.. et j'ai peur.. Je ne suis jamais tomber Amoureux avant. J'aime une personne, Je suis Amoureux d'Harry.
 
Chapitre 4.

 
« Je l'ai embrasser, et j'ai plus qu'aimer ça. Pardon.. »-Harry.

Chapitre 5. 20/06/2015

Chapitre 5.
 
"Il faut se ressembler un peu pour se comprendre, mais il faut être un peu différent pour s'aimer." Paul Géraldy.


Je suis trop naif. Trop cons, j'ai cru que tout allait être facile. J'ai cru qu'Harry aller rester heureux et souriant tout le temps, j'ai cru que je pouvais arranger les choses. Ces trois nuits je l'ai passer à faire des recherche sur la maladie d'Harry, et ce n'était sûrement pas ses sites qui aller me dire si oui ou non Harry aller se sentir bien. J'ai trouver le moyen de lui faire touche le ciel, de le faire voler. Un saut en parachute, ma mère a fait des test et il peut, il peut le faire. On le fera tout les deux, je lui ai promis. Comme je lui ai promis que je ne le laisserai pas tomber. Si seulement j'avais su... Si seulement.
 
10h 28.
 
Toujours assis à la même place, je fixe Niall, comment est ce que j'ai pu fréquenter ce genres de personnes... ? je cherche Harry. Il est venu avec moi ce matin. Ça va faire trente
minutes que le prof à commencer son cour, personne ne se souci de son absence, pas même le prof. Je suis le seul à paniquer intérieurement. Je jette un coup d'oeil à Liam, il hausse les épaules. Je tape nerveusement mon pieds contre le sol. Il faut que je sache où il est. Je sors mon téléphone.
 
De Louis :
 
T'es où... ?
 
Il ne répond pas, Harry répond toujours après quelques minutes. Ça va faire dix putain de minutes que je lui ai envoyer ce message. Je prends mon sac et marche jusqu'à la porte. « Monsieur Tomlinson- » « J'ai pas le temps.. » Et je ferme la porte, je cours vers la sortie. Harry ne répond pas à mes appels... La dernière fois que ça c'est produit.. Il était en larmes et il .. Non je ne veux pas y penser.
« Monsieur Tomlinson qu'est ce qui se passe ? » Je me tourne vers le directeur inquiet. « Je cherche Harry.. » Il s'approche de moi, en fronçant les sourcils. «Il vient de partir.. » Partir ? Comment ça partir ? Il était très bien ce matin...Non le directeur ne l'aurai laisser partir seul.. Ma mère travaille.. Je comprends rien. « Il est partit avec un Certain Des Styles..Son père je crois.. » Son quoi ? Oh.. Mon Dieu, ma mère est censé avoir la garde d'Harry jusqu'à qu'on trouve une solution, pourquoi son père serai la solution ? Que faisait son père pendant qu'Harry vivait seul avec sa grand mère ? Harry est malade bordel ! Si son père était ne serai ce qu'un peu normal. Il aurai garder son fils, il l'aurai soutenu et aider, au lieu de le laisser comme sa mère l'a fait. Je souris au directeur et cours vers ma voiture. Je compte rouler, rouler pour trouver ce fameux Des Styles, il ne peut pas prendre Harry comme ça, alors qu'il a toujours ignorer. Il ne peut pas ! Ça ressemble presque à un enlèvement. Il est carrément parti sans prévenir personne. J'ai peur. Je tape son nom sur la barre de recherche. Il est patron d'un grand commerce. Il habite pas loin d'ici, mais il est peut être parti. J 'essaye quand même. J'ai tellement peur et si son père était un assassin, un psychopathe? Je crois être arriver. Je tremble, et comme d'habitude je m'imagine le pire. D'après ce que j'ai lu, son père m'a l'air droit, sérieux, et assidu. Je me gare devant une villa, je ne me suis pas trompé, je suis bien chez Des Styles. J'inspire un bon coup et pousse la porte. Et si il ne m'ouvrait pas ? Et si il était honnête ? Et si je m'étais trompé ? Je veux en être sûre, Harry ne donne aucuns signe de vie, et ça c'est effrayant. Je tape, il est là. Il s'avance vers moi. Et je sens que mon c½ur va exploser, j'ai peur. Très peur. Qu'est que je suis censé lui dire ? Bonjours Monsieur Styles je suis le mec qui aide votre fils et qu'il lui a mis sa langue dans sa bouche, bougeant son bassin contre le sien jusqu'à avoir une érection, au faite ?je suis Louis Tomlinson. Non je peux pas. « Oui ? Vous êtes ? » Je me sens mal, pour commencer il est grand, très grand, il est muscler, Riche, C'est le père d'Harry, il me fixe d'un regard sévère. Une cicatrice au visage, j'essaye de paraître normal. Mais devant autant de charisme ça va être comme dire ? Difficile ? Je comprends maintenant d'où Harry tient tout ça. J'ai l'impression que son regard va me transpercer, je sens les frissons parcourir mon corps. « Je suis Louis, un ami d'Harry.. Il a eu un problème, et ma mère a accepter de l'accueillir chez nous quelques temps, afin de trouver une solution.. Et aujourd'hui il n'était pas là, pas présent en cour, je me suis inquiéter.. Je voudrai être sûre qu'il va bien il ne répond à aucuns de me messages ni appels .. J'ai toujours su le calmer et l'aider à se relever.. Et là tout ce que je demande c'est de le voir.. » Il rit, pourquoi est ce qu'il rit ?
« Vous ne verrez plus jamais mon fils. C'est clair ? Merci pour toutes vos généreuses intentions. Mais sa place est ici avec son père. Maintenant je vous demande de partir, et ne inquiéter pas. Harry vous aura vite oublier. Bonne journée Louis. » Quoi ? Non.. Hors de questions que je laisse Harry avec ce con. Je lui ai promis, je ne le laisserai pas tomber. Je lui souris et me dirige vers ma voiture, si Monsieur Styles croit qu'il peut s'en sortir comme ça, il a tord. Il est pas tombé sur n'importe qui. Non. Il est tombé sur un Tomlinson, et un Tomlinson ça n'abandonne jamais.
 
Chapitre 5.

 
Six jours. Mon téléphone vibre, je suis assis sur le canapé, il est vide. Tout est vide depuis qu'Harry n'est plus là. Même ma mère n'a pas le morale, on s'est attacher à lui. Depuis Je ne trouve plus le sommeille, me demandant si il va bien, si il est en sécurité, si il n'a pas fugué.. J'ai du lui envoyer une cinquantaines de messages, rien.
Le numéros qui s'affiche est inconnu. Je répond, de toute façon au point ou je suis, je n'en n'ai rien à foutre.
«Oui.. ? -Lo.. Louis !! je t'en priiie aide moi !!!! - Harry ..?! Où tu es? On a pas fini ? Approche mon garçon.. Vient voir papa.. Mais où tu te cache fiston.. ? Montre moi ton visage que j'en finisse... Harold ? Sois un beau garçon et baisse ton boxer.. Fais le pour ton vieux père.. - Oh Mon Dieu.. Harry J'arrive. -Non !! Il va te faire du mal !! - Harry, j'arrive. -Nooon !! noon !!!! - Reste cacher j'appelle la police. -D'ac.. D'accord... - Harold ? Mais où es tu bon sang ? - Harry ne lâche pas le téléphone. Pas avant que j'arrive Ok ? -O.. Oui.. - Bien. Reste fort, je vais venir te sortir de là.. - Mer.. Merci... »
 
 
 
La police est là, Harry était nus dans un lit, son corps tremblait comme jamais auparavant, trop tard ils sont arrivés trop tard. L'acte est fait. j'ai vu Harry en larmes, les yeux rempli de peur et de désespoir des centaines de fois. Mais jamais , jamais aussi fort. Et je peux vous promettre que c'était la première fois qu'il avait aussi peur. Son père l'a trouver, et il a gravement abuser de lui. J'en ai mal aux ventre, je le déteste, personne n'a le droit de toucher à Harry, personne n'a le droit de lui faire de mal. Je peux pas laisser la vie faire souffrir Harry comme ça, non je peux pas. Ça fait beaucoup trop mal. Ça me fait beaucoup trop mal. Il est dans mes bras, et il est si vulnérable, si vulnérable face à la cruauté des choses. Son père est pire qu'un assassin, c'est un monstre, Harry est encore mineur, son père est donc condamner à sept de prison pour abus sur mineur, sur son propre fils. Qui ferai ça ? C'est juste déroutant. Harry est innocent.. C'est un ange.. J'ai envie de vomir, je ne veux pas m'imaginer ce qui a pu se passer. Non, je veux pas. Je le serre fort contre moi, il ne dit toujours rien. Il ne pleure pas, il est absent, et je hais lorsqu'il est comme ça, je préfère qu'il pleure ou qu'il parle, mais pas qu'il reste là à rien dire, fixant le sol. Ses yeux.. Mais où sont passer les étoiles qu'il avait dans les yeux ? Éteintes probablement. A chaque que j'ai l'impression de le rendre heureux, de le faire sourire. Tout finit par s'écroulait, me rappelant que rien ne sera facile. Surtout pas avec lui. Surtout pas comme ça. Ma mère nous fixent, elle pleure toutes les larmes de son corps. Je veux l'a serrer dans mes bras. Je veux rassurer, tout est fini. Harry ne craint plus rien. A partir de maintenant je ne laisserai plus personne faire de mal à Harry. Je dois plus me méfier, ce qu'il vient de vivre. C'est juste horrible, douloureux, et tellement grave. Je me sens impuissant, complétement faible face à cette situation, je ne peux rien faire. Je m'en veux, je m'en veux, si j'avais pu retourner en arrière, je n'aurai pas hésitais une seule seconde. Pour sauver Harry je suis prêt a prendre n'importe quel risque. Pour lui, je me battrai. Parce que je me bat seulement pour les personnes qui en valent la peine. Et Harry mérite qu'on lui offre le monde, il mérite d'être plus heureux que n'importe qui. Mais il va connaître le bonheur, le vrai. Parce qu'après la douleur, il y' a toujours un peu de bonheur. Et je compte faire tout mon possible, pour le rendre heureux, pour lui prouver que la vie ce n'est pas ça, que la vie n'est succession pas de mauvais évènements, que la vie n'est pas que souffrance que la vie ça a du bon. Rien va être facile, mais je me suis lancé un défi. Que je compte toujours réussir.
 
Chapitre 5.

 
Ça fait une semaine. Une semaine qu'Harry ne parle plus. Une semaine que quoi que je fasse il ne réagit pas. Une semaine que j'ai mal. Il est avec ma mère dans la cuisine, elle a essayer de le faire parler, mais il ne dit rien. Tout le soirs, il fait un cauchemar, et tout les soirs il dort dans mes bras. Je n'arrive plus à dormir, je ne peux pas. Ce qui s'est passer m'a complétement détruit. Je ne pensais pas que ça m'affecterai autant, après tout il ne m'est rien arriver à moi. Mais j'ai mal, j'ai mal car je l'aime et qu'il a énormément souffert. A chaque fois que je le regarde, je vois un adolescent qui est fatigué d'avoir mal, et de subir. Détruit par la vie, Qui veut juste la paix. Qui veut juste respirer un peu, je veux qu'il aille mieux. Je veux revoir son sourire, je veux entendre son rire, je veux sentir ses lèvres contre les miennes. Il me manque, Harry me manque, alors qu'il est juste à côté.
« Louis.. ! tu viens ? » Je me lève du canapé et m'approche de ma mère. Elle a le dos tourner.
« tu es sûre que ça va Mon chéri ? » Je l'entoure de mes bras et lui chuchote. « Oui ne t'en fais pas.. Tout va bien.. » Et le pire c'est que je lui mens. Non ça ne va pas. Je me tourne vers Harry, il fronce les sourcils, il ne bouge plus. Qu'est ce qui se passe ? Je m'approche de lui, il saigne. Il s'est couper, le sang n'arrête pas de couler. Et il ne bouge toujours pas, je l'attrape par le bras. Et cours vers la salle de bain. Je le tire a l'intérieur, mes mains tremblent. Il va se vider de son sang si je me dépêche pas. Putain.. J'attrape un désinfectant, et me tourne vers lui. J'ai mal à sa place. J'inspire un bon coup, il me fixe sans grimacer, je suis entrain de lui mettre le produit qui m'a traumatiser car il te brûle littéralement la peau, et lui il me fixe comme si de rien. Il ne fronce même pas les sourcils, aucuns signe de douleur. Et ça c'est pas normal, j'ai envie de crier a sa place. J'enroule le bandage autour de sa main. Et on reste là, à se fixer sans rien dire. Il baisse les yeux vers mes lèvres, je souris. Il pose sa main sur mon dos, enfin. Je le sens enfin près de moi. Il me pousse contre lui avec sa main. Je souris, et il se mord la lèvre. Nos lèvres sont si proches.. Je peux sentir la chaleur s'échapper de siennes. Il sourit, après une semaine il sourit enfin. Je plaque mes lèvres contre les siennes.
« Les garçons ? » Je sursaute. Putain j'ai eu peur, je me détache de lui, il rit. Son rire, je l'entends et j'ai l'impression de revivre. Il s'avance vers la cuisine, je le suis. Un peu gêner. Pendant quelques secondes j'avais oublier où je me trouver. « Venez mangez.. » Harry n'arrête pas de sourire et c'est tellement peu habituel que ma mère me fixe d'un 'qu'est que tu as fait ?' et moi je regarde Harry d'un air. 'Rien, on s'est embrasser.'
 
 
 On est allongés dans mon lit. Sa tête sur mon torse et sa main qui joue avec mes doigts. Il ne dit rien, il fixe juste ma main. « J'aime tes mains. Elles sont belles. » Je fronce les sourcils, c'est la première fois qu'on me dit un truc pareil, venant d'Harry ça ne m'étonne pas. Mais quand même, c'est une premiére. « Merci.. » Il sourit. J'aime tellement son sourire. A près tout ce qui s'est passer je n'ai pas pu lui dire pour le saut en parachute, par que oui on va sauter d'un avion. Et la il pourra toucher le ciel, là il pourra voler. J'aime bien ses cheveux, ils sont doux et il sente toujours bon. J'aime tout d'Harry et j'aimerai qu'il arrête de se cacher, j'aimerai qu'il s'aime autant que je l'aime. Il se relève et me fixe en souriant. Ça m'a manqué, ce sourire m'a manqué. « Tes yeux.. Ils me rendent fou.» Je souris, je ne peux pas m'empêcher de sourire. Sa voix prononçant cette phrase c'est trop. C'est trop pour moi. Il rit, son rire est tellement beau. Oui je suis niais. La télé est allumer, mais on n'y prête pas attention. Mon c½ur bat trop vite, et je me sens bizarre. Je me sens bien. « Louis.. ? » Je baisse les yeux vers ses lèvres. « Hmm.. ? » Il est tellement beau. Je pourrai passer mes journée à le fixer, oui je suis trop niais. Mais j'y peux rien. « C'est fini.. Pas vrai ? Tout est fini je ne vais me faire frapper ou violer, promet moi que tout est fini.. » Je le serre contre moi. « Je te le promet, tout est fini. » Il est tellement fort. Je n'avais jamais rencontrer quelqu'un d'aussi fort. Je le serre contre moi, « Louis.. ? » Je caresse son dos avec ma main. « C'est vrai ce qu'ils disent ? » Je fronce les sourcils. Et cherche sa main. Il croise ses doigts aux miens, ses mains sont toujours chaudes. « Que je suis un monstre et que je mérite de mourir. » Je serre ma main contre la sienne. « Non, Ils ont tord. Tu n'es pas un monstre, tu es un Ange, tu es mon Ange.. Ne l'ai écoute pas, il dise de la merde. Et non tu ne mérite pas de mourir, au contraire tu mérite de vivre et d'être heureux. Tu mérite tellement.. Ne l'ai écoute pas, écoute moi.» Il relève la tête, et plaque ses lèvres contre les miennes, si je m'attendais à ça. Je lui rend le baiser, mordant sa lèvres. Je sens un goût salé, il pleure. Il est entrain de pleurer. Je l'embrasse de toute mes forces, il s'accroche à mes cheveux, pleurant de plus en plus. Il se détache de moi, un sourire en coin. « Je suis ton Ange ? » Je lui souris. « Oui tu es Mon Ange.. » il me serre contre lui, j'enroule mes bras pour le serrer contre moi, je sens c½ur battre contre le mien. Son odeur, je pense que c'est ma préférer.
 
 
Chapitre 5.

 
« Pourquoi dans cette ½uvre on parlent d'étoiles ? » Je dessine sur ma feuille, je n'écoute pas le cour. Je suis trop occupé à penser à tout ce qui s'est passer, cette ordure à poser ses mains sur Mon Harry, et il l'a.. Il l'a.. Il me dégoute. Si je pouvais je l'aurai tuer de mes propres mains. « Parce qu'elles peuvent être comparer aux être humains, elle sont plusieurs, elle vivent ensembles, cote a cote. Et arriver la nuit elle brillent. » Harry, je peux pas m'empêcher de sourire. J'adore lorsqu'il prend la parole, je ne peux pas m'empêcher d'être fière. La fille à côté de lui commence sérieusement à me saouler. Elle rit comme si Harry était la personne la plus drôle au monde, cherchant toujours un moyen de le toucher. Si elle continue je lui arrache ses extensions. Niall n'est pas là, il était toujours là d'habitude. Bizarre. « Monsieur Tomlinson, pourquoi l'auteur à t'il utiliser ce registre ? » Putain. J'en sais rien, et moi contrairement à Harry. Je ne suis pas intelligent. Non je viens en cour mais je suis invisible, priant pour qu'aucuns prof ne me voit, et me parle. Je hausse les épaules. « Pour se faire remarquer.. » Ils rient, pourquoi ils rient ? J'ai pas voulu faire rire. « Louis vous savez ce qui vous attend ? » Je baisse les yeux, heure de colle. Fais chier. Y' avait rien de drôle dans ce j'ai dis. La sonnerie retentit, je range mes affaires et je m'approche de la porte. « Monsieur Tomlinson vous êtes ici pour travailler pas pour faire rire la galerie. » Non c'est vrai ? je savais pas. Il m'agace ce prof. Toujours sur mon dos, à chaque fois il trouve un prétexte pour convoquer ma mère tout ça parce qu'il aime bien, pensant bien sûre que je n'avais rien remarquer. Quel con. Encore cette fille, elle colle encore à Mon Harry. Elle rit aux blague de Mon Harry et elle touche le torse de Mon Harry. En plus de lui arracher ses extensions, je vais lui arracher ses sourcils. « Tommo ! » Liam, je me tourne vers lui. « On a entrainement, tu viens ? » J' hoche la tête et je cours vers lui. « C'est qui cette blonde..? » Liam fronce les sourcils, et se tourne vers moi. « Pourquoi elle t'intéresse ? » Quoi ? Non Liam pas du tout. « Non.. Juste pour savoir.. » Il sourit et ouvre son casier. « C'est Iris, une ancienne danseuse, elle est super forte.. Sophia m'a beaucoup parler d'elle.. » Super en plus d'être belle, elle danse. Je veux pas que Harry se rende compte qu'il y'a mieux ailleurs, et qu'il finisse par partir. Je me sentirai beaucoup trop mal, si Harry rencontre d'autres personnes, il s'éloignera. Si il tient autant à moi c'est peut être parce que je suis le seul à être là. Non, faut que j'arrête de me mettre à penser comme ça. « ça va Louis ? » Je relève le tête vers Liam. « Oui t'inquiète euh... Va t'échauffer, je te rejoins dans cinq minutes.. » Il hoche la tête et cour vers le terrain. Je sors mon téléphone.
 
De Louis :
 
Tu fais quoi ?
 
Je veux m'assurer que rien ne lui arrive, beaucoup de personnes en veulent à Harry. Il pourrai se passer n'importe quoi.
Mon téléphone vibre.
 
A Louis :
 
Je suis avec Iris.
 
Elle peut pas le laisser tranquille.
 
De Louis :
 
Vous faites quoi ?
 
A Louis :
 
On est chez son ami.
 
De Louis :
 
Je peux avoir une photo ?
 
Pourquoi est ce que j'ai demander ça ? Je veux m'assurer que cette petite crotte n'est pas trop proche de Mon Harry.
 
 
A Louis :
 
Chapitre 5.

 
 
Géniale, il sourit. C'est officielle, je déteste cette Iris.
 
 
Je suis épuisé, je sens plus mon corps. Mon dos est trempé et mon maillot me colle à la peau, et mes cheveux me colle au cou, eux aussi ils sont trempés. « C'était bien Tomlinson ! Continu comme ça.. ! » Je souris à l'entraîneur et cour vers les vestiaires. « Louis ! Ça fait longtemps, tu me parle plus.. ? » Stanley. Mais qu'est ce qu'il fait là ? Si je t'ai frapper c'est pas pour te revoir avec ce sourire connard. Je l'ignore et m'avance vers les douches. « Je croyais qu'on étaient amis ? » Je me tourne vers lui. « Et moi je croyais que t'était quelqu'un de bien. » Et je pousse la porte.
 
Assis sur le siège de ma voiture j'écoute l'album de Muse, j'adore ce groupe. Je me demande ce que fais Harry, j'ai peur. Et si les amis de Iris ne l'aimer pas ? Et si il s'était enfouie ? Oui je sais j'en fais trop. Mais après tout ce qui s'est passer. Je ne peux que m'inquiète pour rien. Je prend mon téléphone et regarde si je n'ai pas de messages. Oui j'en ai un, un message d'Harry.
 
A Louis:
 
Tu peux venir me chercher ? je me sens pas bien.
 
Je le savais, je sens ce genre de choses. C'est bizarre dit comme ça, mais à chaque qu'Harry allait mal, je l'ai senti.
 
De Louis :
 
J'arrive. Qu'est ce qui se passe..?
 
A Louis :
 
Je ne me sens pas bien sans toi.
 
Il vient d'écrire qu'il ne se sentait pas bien sans moi, je.. Woah. Je me sens bien tout à coup. Vraiment bien, je dois avoir l'air d'un con à sourire bêtement derrière mon écran.
 
 
« T'es pas sérieux ? » Il rit. « Oui je ne l'ai jamais vu. » ça va faire une heure qu'on choisit un film à regarder. Et Harry vient de me dire qu'il n'a jamais vu le Titanic. Tout le monde connait le Titanic. Harry n'était jamais aller à la plage, il n'est jamais aller au cinéma, jamais aller à une fête. Il n'a jamais vu le Titanic. Mais il n'a plus de souci à se faire, le destin l'a mis entre de bonne mains.
On est Allongés sur mon lit, Harry est dans mes bras. Le film va bientôt se terminer, et j'entends Harry renifler, il pleure ? Je me penche vers son visage. Oui il pleure. Eleanor aussi pleurait devant le Titanic, mais la différence entre elle et lui, c'est que je n'en avais rien a foutre. Alors que là j'ai envie de serrer Harry dans mes bras, de toutes mes forces.
« Louis ? » Je me tourne vers lui. « Oui.. ? » Il s'essuie les joue. « Embrasse moi. » Et là mon c½ur s'arrête. Il vient de me demander de l'embrasser. Je lui souris et m'approche lentement de ses lèvres.
Nos langues se rencontrent, et je bascule sur Harry. J'ai de plus en plus chaud. Il me retire mon tee shirt, et passe ses main le long de ma colonne vertébrale. Je frissonne. Et retire son pull. Il est brulant. Je me demande comment il fait pour porter un pull. Je sais que c'est pour se cacher mais ça ne doit pas être agréable.
Il ne porte qu'un boxer et moi aussi. Je ne me contrôle plus, je deviens presque sauvage. Nos bassins bouge violemment ensemble et je sens que je vais exploser, je ne me suis jamais senti comme ça, aussi fou. Je perds totalement le contrôle sous les gémissement d'Harry.
 
 
Je reprends ma respiration et embrasse les lèvres d'Harry. Non on ne l'a pas fait, on s'est juste câliner. Je ne peux pas faire ça, après ce qu'il a vécu. C'est beaucoup trop tôt, il est enrouler dans la couette, cachant son corps, et ça ma fait mal au c½ur. Je m'avance vers lui, et retire lentement la couverture. « Laisse moi voir.. » Il secoue la tête, paniqué. « ça va aller ce n'est que moi, fais moi confiance.. » Il ferme les yeux, il n'a pas envie de voir ma réaction. Je baisse la couverture et regarde son torse, recouvert de bleus, de traces rougeâtre. Sur les hanches il y'a des entailles, des cicatrices, de fines coupures. Et ça me retourne l'estomac. Comment est ce qu'il peut s'infliger tout se mal ? Comment ?
Je me penche vers sa peau et dépose de léger baiser. Il ouvre les yeux, et j'embrasse chaque partie de sa peau, j'embrasse chacune de ses cicatrices. Les larmes aux yeux, je veux lui prouver que ces marques ne démontre pas qu'il est. Que je m'en moque de tout ça, que je veux l'aider pas l'enfoncer.
« Louis, pourquoi tu fais ça ? » Je lève les yeux vers lui. « Parce que tu en vaux la peine.. »
 
Chapitre 5.

 
« Il a vu mon corps, il n'a pas grimacer, il ne s'est pas moquer, il n'est pas parti. Non il a embrasser chacune de mes coupures. Je ne veux pas le perdre. » -Harry.
 

Chapitre 6. 06/07/2015

 
Chapitre 6.

 
 
" J'aime Louis, parce qu'il represente le bonheur, et moi la souffrance, nous sommes comme le ying et le yang, je suis le noir, il est le blanc." -Harry.

Assis sur le banc, la tête en arrière. J'inspire un coup. Mes yeux se ferment, et l'espace d'un l'instant, je disparaît. Le silence m'envahit, et le vent joue avec mon tee shirt. Pour la première fois je me sens bien, je ne comprenais pas les personnes qui aimer rester seul. Mais là, à cette instant précis. Je comprends, je comprends parce que j'apprécie. Hier soir, Liam est venu chez moi. Il y' avait Harry. Mais à ma grande surprise, tout s'est bien passer. Liam a chercher à connaître Harry. Il est passer, par dessus les rumeurs et la maladie d'Harry. Et je l'ai remercier pour ça, il aurai pu l'ignorer. Non, ils ont jouer à Fifa, et j'avais l'impression d'être sur une autre planète. Mon meilleur ami, et .. Harry entrain de rire et de hurler devant une partie de Fifa. J'ai cru que la soirée allait être parfaite.. Je me suis trompé. Liam a fini par rentrer, et Harry est monter dans la salle de bain. Je ne me suis pas poser de questions. J'aidais ma mère en cuisine, enfin je regardais ma mère en cuisine. Je ne sais même faire des pâtes, pas de commentaires. Une heure, Harry est rester une heure enfermer dans la salle de bain. Personne ne reste une heure dans une salle de bain. Surtout pour prendre une simple douche. Et là, tout les scénario possible et imaginables se jouaient dans ma tête. Alors je suis monté.
J'avais peur, j'avais peur de ce que je verrai une fois à l'intérieur. Et j'avais raison d'avoir peur. Le corps d'Harry était sur le sol, ses yeux étaient fermer. Et sa peau était pâle. Ses mains étaient en sang, à ce moment là, j'ai senti comme mon estomac se tordre. Mes mains tremblaient comme jamais. Je criais, je hurlais le prénom de ma mère. Je ne comprenais rien. Il était heureux, il riait. Puis.. J'ai envie de vomir rien que d'y penser. Il est à Hôpital. Moi je suis assis sur un banc, et lui il est allongé sur un lit d'hôpital brancher dans tout les sens. Ce n'est plus l'heure des visites, alors j'attends. Je ne sais pas trop ce que j'attends. Peut être que j'attends que tout s'arrange. J'en ai marre, je me sens inutile. Harry s'est mutiler les poignets, dans ma salle de bain. Devant les photos de moi au collèges. Devant moi. Que je sois là ou pas, ne change rien. Ça me détruit. Il a fait ça devant moi, devant mes photos. Et je me rends compte que je ne peux rien faire. Non, je ne peux rien faire. Je suis faible et impuissant face à tout ça. J'ai tenu la promesse de ne jamais le laisser tomber, et je vais la tenir. Je ne peux pas le laisser. Je l'aime. Je l'aime beaucoup trop pour faire une chose pareil. Je veux le serrer dans mes bras, je veux le protéger. Je veux voir son sourire, celui qui me sauve un peu plus chaque jours. Je me lève du banc, mes jambes tremblent. Tout est arrivé si vite, les personnes que je considérer comme des amis ne le sont en faite pas. Ma vie est parfaite.. Et aujourd'hui je m'en rends réellement compte. La souffrance, Harry il l'a connait. La douleurs il a connait. Il sait ce que c'est d'avoir mal pour de vrai, alors il sourit. Il sourit comme pour dire merci, il sourit car il aura pas toujours l'occasion de le faire. Il sourit car c'est rare. Il sourit, et il me sauve. Le vent ne cesse de jouer avec ma peau, créant une multitude de frissons. Je ne sens plus mes jambes, et ma tête tourne. Une semaine qu'Harry est à Hôpital. Une semaine que j'ai pas faim, une semaine que je dors plus. A chaque fois que je ferme les yeux je vois l'image du corps d'Harry sur le sol, une flaque de sang sur son bras, son poignet ouvert. Et ses yeux fermés. Harry va être heureux, oui il va l'être. Je ferai tout pour. Je veux revoir les étoiles qu'il avait dans les yeux lorsqu'on étaient à la plage, je veux revoir son sourire lorsque on n'a dormi ensembles. Je veux entendre son rire, le même que le jour où nous sommes aller au cinémas et que je me suis trompé de salle. Si Harry est triste je le suis aussi. C'est la première fois que je ressens un sentiment comme celui ci. Mon téléphone vibre, je le sors de ma poche.
 
De Inconnu :
 
20.
 
 
Je fronce les sourcils, pourquoi est ce qu'il ou elle m'envoie ce chiffre ? Qui se cache derrière cette écran ? J'ai peur. Il me connait, il sait qui je suis. Et moi je sais rien. « Qui est tu ? » Non. J'efface, je sais qu'il ne me répondra pas.
 
A Inconnu :
 
20..?
 
De Inconnu :
 
Il me reste 20 jours, avant le final.
 
Le final ? Mais quel final ? Je tape.
 
A inconnu :
 
Le final..? Quel final..?
 
De Inconnu :
 
La fin de tout.
 
A Inconnu :
 
Tu compte te foutre en l'air dans 20 jours.. ?!
 
A Inconnu :
 
Répond..
 
A Inconnu :
 
Arrête.. J'ai peur .. Répond..
 
A Inconnu :
 
Ne fais pas ça..
 
A Inconnu :
 
Je t'en prie..
 
Il ne réponds plus. Je tremble, je ne veux pas que cette personne fasse un truc pareil. Y'a pas une autre option ? Y'a toujours une autre solution et celle la c'est la pire.
 
Mon téléphone vibre, je sursaute. c'est Inconnu.
 
De Inconnu :
 
J'essaye sans cesse de vivre correctement. De vivre comme tout le monde. D'être comme tout le monde, mais je n'ai pas le droit, non je n'ai pas le droit au bonheur. Je commence réellement à croire que la vie n'est pas faite pour moi. Mon grand père m'a dit un jour. « Si la vie n'est pas faite pour toi, songe à la mort et tu verras. » Tu ne sais rien. Tu ne vois que ce que tu veux voir. Depuis tout petit j'attends le moment, le moment où je serai enfin heureux. Et je me rends compte que les fois où j'y ai cru, parce que oui, j'y ai cru. J'ai cru que j'étais heureux, souriant à la moindre occasion.( Personne ne se doute, non je me cache.) Toutes ces fois étaient fausses, ce n'était qu'illusions. Je ne le suis pas et je ne l'ai jamais étais. Maintenant arrête de me supplier, tu ne sais rien. Non tu ne comprends rien. Toi, tu connais le bonheur et moi je connais la souffrance c'est pour ça, que c'est à toi que je m'adresse, je veux que tu me raconte que tu m'explique ce qu'est que le bonheur. Pour que l'espace d'un petit instant j'ai cette impression, l'impression d'être moi aussi heureux.
 
Figé, je suis figé. Son message m'a complètement figé. Inconnu est un garçon, un garçon qui ne connait que la souffrance et qui se cache derrière un masque qui aujourd'hui est lourd à porter. Comme Harry ce garçons rêve de bonheur. Comme Harry ce garçon croit qu'il n'a le droit qu'a une seule chose. La souffrance. Je tape.
 
A Inconnu :
 
Si j'accepte de te faire découvrir le bonheur, le vrai tu arrêtera ce final .. Je veux dire tu ne fera rien..?
 
 
 Pas de réponse. Je suis assis sur une chaise, fixant les tableau en face de moi. Une odeur qui donne mal au c½ur, un couloir sans fin. Des portes, pleins de portes. Triste, cette endroit est triste. J'attends l'infirmière qui s'occupe d'Harry. Mon pieds tremble, je suis nerveux. Il sort aujourd'hui et je suis nerveux. J'ai peur qu'ils est trouver un endroit pour Harry. Je devrai être heureux qu'Harry trouve enfin sa place, mais dans ma tête. Sa place est avec moi. Je ne veux pas qu'il aille dans un centre, il sera seul, il n'aime pas parler. Il n'aime pas les gens. Il va avoir peur, mais la vrai raison, est que je veux pas qu'il parte. Non, je veux pas. Je l'aime et je veux qu'il reste près de moi. Je veux qu'il fermes les yeux, en me serrant contre lui. Je veux l'entendre me dire qu'il a froid, comme ça je peux le réchauffer en le collant contre moi. Je veux continuer à passer des nuits blanches à parler, à s'embrasser, car il aura fait un cauchemar. Ses lèvres... Je ne pourrai pas vivre sans ses lèvres.. Notre promesse, je ne peux faire ça.. Je lui ai promis.
« Monsieur Tomlinson ? » Je lève les yeux, l'infirmière. Je me lève, et l'a suit. « Je vais devoir vous parler d'Harry... Hum.. Il est gravement malade et il a besoin de soins dans un hôpital ou un centre, il ne peut rester vivre chez vous, c'est beaucoup trop de responsabilités.. » je le savais. Je baisse les yeux. « Il va être interner- « Non. » Elle fronce les sourcils. « Ma mère s'occupe des malade comme Harry, et des personne âgé depuis très longtemps.. Donc elle saura quoi faire. Harry a peur.. Il n'aime pas le monde, ça l'effraie, avec nous il est bien. Il a confiance, vous ne pouvez pas lui retirer ça. J'en sais assez pour vous dire que votre solution est la mauvaise, avec nous il a enfin trouver ce qu'il a toujours voulu. Une famille.. Tout ce qu'il veut c'est ce sentir normal, et c'est pas dans votre centre que ça se fera. » Je pousse la porte, il est debout. Il range ses affaires, l'infirmière est derrière moi. Je m'avance lentement vers Harry, il se retourner et me sourit. Il me sourit.. Enfin putain.
« Comment tu te sens ..? » Il me serre contre lui. Je le serre contre moi. « Ne me laisse plus.. C'est trop dure... Je suis désoler.. Louis.. Je suis désoler.. Je ne veux plus être loin de toi.. Non je ne veux plus.. » Il se détache de moi, les larmes aux yeux. Je ne te laisserai plus, c'est promis. « C'était dure pour moi aussi.. Mais c'est fini je suis là.» Il hoche la tête. J'essuie un larmes qui coule sur sa joue.
 
 
 
Chapitre 6.

 
 
 Une heure du matin. Harry n'arrivait pas à dormir alors, on joue aux jeu des questions. Il est dans mes bras, on est allongés sur le sol, oui on a un lit. Mais il fait trop chaud pour le lit. Ses doigts joue avec les miens, comme d'habitude. Ça m'a tellement manquer. « Ta pire journée ? » Je baisse les yeux vers lui. Ma pire journée.. Il y'en a tellement eu.. Et elles sont toute relié a Harry. Le jour où j'ai vu son corps sur ce lit, après que son monstre l'ai violer. Où lorsque Zayn et Stanley le frappait et que tout le monte filmer, ou lorsque je l'ai vu allongé sur le sol de la salle de bain. Son bras recouvert de sang, je ne veux pas qu'Harry pense qu'il gâche ma vie ou que tout mes moments sont reliés a lui. Parce qu'il a embelli, il a embelli ma vie. « .. Hum.. Je passe. » Il rit, j'aime son rire. Il rit avec tout son être, ce n'est jamais un petit rire, un faux. Non, jamais. Je croise mes doigts aux siens. « Louis.. On est quoi.. ? » Je fronce les sourcils. Il se relève. « C'est vrai, on s'embrassent, on se chuchotent nos secret, on se découvre, on rient, on pleure, on s'embrassent, tu me protège, je te serre contre moi, j'ai besoin de toi, et.. Je... » Il baisse les yeux. Je prends sa mains. « Harry.. On est pas obliger de mettre des mots sur ce qu'on est.. Même si c'est vrai nous avons une relation assez spéciale, mais moi je dirai unique.. Nous sommes Unique, voilà ce qu'on est. » Il sourit, son visage s'approche lentement du mien, mon estomac se tord. Et je sens cette agréable vers le bas ventre. Ses lèvre effleure les miennes. « Et... Je t'aime.. » Mon c½ur vient de sortir de ma poitrine. Il .. Je.. Je n'ai pas rêver. Il plaque ses chaudes et douces lèvres sur les miennes, et je me laisse aller, il m'aime, il a prononcé ces deux mots.
 
Chapitre 6.

 
 
Vivre avec Harry c'est comme marcher sur un fil au dessus du vide, Il est devant. Ses jambes ne tremblent pas, il est confiant. Il n'a pas peur, il n'est pas conscient du danger. Je suis derrière, mort de peur. Il peut tomber, il peut ne pas tomber, mais quoi qu'il arrive, j'ai peur. Et quoi qu'il arrive il est en danger. J'ai qu'une hâte, c'est qu'il descende de cette fine corde, pour enfin être en sécurité, pour enfin être heureux. Si je dis ça, c'est parce qu'hier, il a fait une crise, je ne m'y attendais pas. Je n'ai jamais vu Harry faire une crise, je ne savais pas comment faire. J'ai paniqué. J'étais terrifier.
 
 
 Harry est assis sur le tapis, tout mes album sont éparpiller sur le sol. Il rit, il ressemble à un enfant. Il a l'air si innocent à cet instant, si heureux. Je le regarde du coin de la porte, je veux me rappeler de ce moment toute ma vie, je veux me rappeler de son rire toute ma vie. Je m'approche de lui, il écoute l'album 'Nevermind.' de Nirvana. Un de mes préférer. C'est mon père qui m'a fait découvrir tout ces groupe, toutes ces légendes. Il se lève et attrape l'album de Muse qui est poser accrocher au mur, c'est celui que mon père m'a offert pour mes six ans, il m'a dit de ne l'écouter le jour de mes seize ans, et c'est ce que j'ai fais. J'avais l'impression de l'avoir près de moi ce jour là, et aujourd'hui quand je l'ai écoute. Rien n'a changé, je le sens toujours près de moi, cette album est très important à mes yeux. Je me souviens il l'avais même écrit un mot sur le Cd. Si il est parti, c'est pour rejoindre l'armée. Je fière de lui, tout ce que j'espère c'est de le revoir un jour, en espérant qu'il soit toujours là. Non.. Pas ça. Harry vient de faire tomber le cd, il est casser. Putain, il est casser. Non, non, non merde, pas ça. « Harry.. C'est le seul vrai souvenirs que j'ai avec mon père, tu viens de le détruire... » Ma voix se brise. Je peux plus, j'ai cette boule dans la gorge, les larmes ne vont pas tarder. Il est désoler, je le vois dans son regard. Je veux qu'il sorte. Pas ce cd, tout sauf ça. « Sors. » Il tremble et sort de la chambre. Je m'écroule sur le sol, pas ça... C'était le seul moyen que j'avais trouver pour me sentir enfin proche de lui... Il est en morceau, exactement comme mon c½ur. Les larmes ravage mes joues.. Il pouvait pas faire attention. Je peux croire qu'il sois casser.. Je me sens mal. Vraiment mal.. « Putain ! » Le miroir se fissure, mon point est contre la fine vitre, volant littéralement en éclats, le miroir se brise, le sang coule et se mélange avec les bout de verre. Et ma haine est encore plus grande. « Je suis désoler.. Je suis désoler Louis.. » Je me tourne vers la porte, Harry est en larme. Il tremble, grattant ses poignets avec sa manche. « Je suis désoler, je suis désoler, je suis désoler.. Je suis désoler.. » Il le répète inlassablement, dans sa voix je ressens sa peur, et dans ces gestes je vois son regret. « Je suis désoler.. Je.. Je.. Je.. Suis désoler.. Je suis désoler.. » Il est entrain de trembler comme un malade, il respire beaucoup trop fort. je me lève et le serre dans mes bras. Il s'est mit dans un sale état. « Je suis désoler.. Je suis désoler.. Désoler.. Je suis désoler.. Je suis désoler !!! Je suis désoler... ! » Je ne sais pas quoi faire pour le calmer, je le serre contre moi. « Harry.. C'est qu'un Cd.. Calme toi.. Tu n'as pas fait exprès.. Respire calme toi.. » « Non.. Non.. Je suis désoler.. Je suis désoler.. Je suis désoler... je suis désoler... je suis désoler.. je suis désoler.. je suis désoler..  ! » Il gratte de plus en plus fort contre son bras. « Harry arrête.. » J'attrape sa main, il lève les yeux vers moi. « Je suis désoler, désoler, je suis désoler.. » « Harry.. écoute moi.. Ce n'est rien, arrête de t'excuser.. Je t'en pris calme toi... » Il me serre contre lui, pour vu que ce soit fini, le voir dans cette état me détruit. Oui, son geste m'a fait mal. Mais il n'a pas fait exprès, je peux pas lui en vouloir alors qu'il fait un crise. « Je suis désoler !!! je suis désoler... Je.. » Il craque, sa voix se brise. Il éclate en sanglot, se laissant tomber contre moi. « Harry.. C'est fini.. Respire.. Tout es fini.. » « Mais tu me déteste. » « Non.. Harry jamais, jamais je ne pourrai te détester, je t'aime mais je ne te déteste pas.. » Ses doigts s'agrippent à mon tee shirt, je le sens se détendre. Je sens sa respiration devenir plus lente.. C'est fini. Tout est fini.


Chapitre 6.

 
 
 
Il pleut, Harry a peur de la pluie. Après ce qu'on vient de vivre, on n'est sous ma couette, on chuchote. Éloigner du reste du monde. Juste lui et moi, nos doigts sont croisé tellement fort, que personne ne peut l'ai détacher, son regard se perd dans le mien. Et le temps s'arrête. Son souffle s'écrasent sur mes lèvres, nos nez se touche presque. Et nos yeux ne se quitte plus, je l'aime, putain ce que je l'aime. « Un jour, je te montrerai quelque chose. » Je fronce les sourcils, il sourit. On chuchote, je ne sais pas pourquoi, mais j'aime ça. J'aime ce qu'on est. « Compte jusqu'à trois.. » Il compte, lentement. Trois, il l'a dit trois et mes lèvres se poses sur les siennes. C'est tellement tendre, lent, calme. Il m'embrasse comme si c'était la dernière fois, je fond. Oui, je suis niais. Complétement niais.


...

 
 
 
Ma mère a eu la formidable idée de nous emmener au lac. Histoire de nous changer les idée, histoire qu'Harry profite. Juste tout les trois. Harry ne veut pas se baigner, et je sais pourquoi. Je lui ai dis, qu'il y'avait que nous, mais il a refuser. Je peux comprendre, ma mère n'a rien vu. Et il a peur, il a toujours peur du regard qu'on lui porte. Alors je suis allongé sur l'herbe, Harry et allongé à côté de moi. On regarde le ciel, il me dit qu'il préfère les étoiles. Moi aussi je préfère les étoiles. Il voulait m'embrasser, moi aussi. Le seul problème, ma mère. Alors on se retient, et si il continu de se mordre la lèvre comme il est entrain de faire, je lui saute dessus. « Arrête.. » Il tourne sa tête vers moi. « Arrête de te mordre la lèvre.. » Il rit, et il lâche sa lèvre. « Merci.. » Il sourit, et tourne sa tête vers le ciel. « Harry.. ? » J'inspire un bon coup.
 
« Je t'aime aussi.. » Il sourit tellement que je me demande comment c'est possible de sourire autant. Il tourne à nouveau sa tête. Il s'est approcher de moi, nos lèvres s'effleure. Le temps s'arrête, je ne vois que lui. Ses yeux fixe les miens, et je me sens bien, je suis heureux. Je sais à cette instant que c'est avec lui que je veux être, juste lui et personne. Parce que j'aime un ange.. Et qu'il l'aime en retour. « Tu as les yeux les plus magnifique que j'ai jamais vu.. » Il parle et ses lèvres caresses les miennes. Je frissonne. Et ses paroles me rend complétement fou. « Les garçons !! » Je sursaute, il rit. Tout rêve a une fin. Et la fin commence maintenant. Je me lève, gêner. Harry, lui il rit. Il a fou rire, alors que moi je dois sûrement rougir. « Oui.. ? » Je m'approche de ma mère, elle est assise sur l'herbe.. Elle mange. « Vous venez ? J'ai préparer quelques sandwich.. ! » Harry me tire avec lui sur l'herbe. « Avant, embrasse moi. » Je plaque mes lèvres sur le siennes. Je suis tellement heureux putain.


 

 
 Trois jours. Trois putain de jours.
Je me hais. Je me hais de ne pas pouvoir le sauver, je me hais de servir à rien dans tout ça. En l'espace d'une semaine, j'ai connu. Joie, tristesse, colère. Ma vie change complétement, tout les souvenirs s'effacent. Ce qui avant avait de l'importance, n'en a plus aujourd'hui. Je ne sais plus quoi faire, tout est aller trop vite. Tout me dépasse. Le pire, c'est qu'il m'a regarder droit dans les yeux.. Il m'a regarder.. Et il m'a briser. Je suis à terre, faible. Il m'a frapper en plein visage. Je me croyais fort.. Solide. Je peux toujours le croire, sauf que ce serai faux.
 
 
 
Chapitre 6.

 
J'aide ma mère à porter quelques sacs. Harry est sûrement dans ma chambre.. Je serre ma mère contre moi, et monte les escaliers. « Je peux entrer.. ? » Rien. Je pousse la poignet, et ouvre lentement la porte. Oh.. Mon .. Dieu... Harry .. jamais je me ferai à l'idée.. De voir son corps.. Aussi .. Aussi détruit.. Je m'avance vers lui, il recule. Il ne porte rien, rien à part son boxer. Il est devant la glace, il pleure. Il serre une lame en métal dans sa main. Il l'a serre tellement fort, qu'il saigne. « Harry.. Lâche la.. Je t'en prie.. » J'ai la voix qui tremble. Il secoue la tête, et l'a serre davantage. Une larme coule sur ma joue, mes mots ne serve à rien. Je m'avance un peu plus. Il ne bouge pas. Fixant son reflet, les larmes ravagent ses joues. « Harry.. Je t'en supplie.. Fais le pour moi.. » Il lâche la lame, je respire. La lame est entre ses doigts, il joue avec. Son poignet se soulève lentement.. Non pas ça. Non. Il ferme les yeux, et approche la lame de sa peau. Il ouvre lentement ses yeux, son regard se pose sur moi. La lame touche sa peau, je tremble, mon corps. Je ne sens plus mon corps. « Ne fais pas ça.. » Il pleure à nouveau, mon c½ur se serre. J'attrape sa main et le tourne vers moi. « Je t'en supplie.. » Il baisse les yeux, et laisse glisser la lame contre sa peau. Un trait, un trait se forme, du sang coule. Il l'a fait. Il l'a fait.... Il l'a fait en me fixant droit dans les yeux. Je le déteste. Le bout de métal recouvert de sang tombe sur le sol. Comment il a pu faire ça ? .. Je le hais tellement.. Je lâche son bras. J'ai envie de vomir.. Je ne me sens pas bien. Le sol tourne autour de moi, je m'appuie sur le mur. Je me hais, et je le hais. « Pourquoi putain ?! J'étais devant toi, et tu.. Tu... Je te hais ! » Je suis tellement énervé. Je veux le frapper, oui je veux le frapper. Je ne compte pas assez ? C'est ça ? Il dis qu'il m'aime et malgré ma présence, malgré mes mots il l'a fait. Je. Le. Hais. Je croyais que ma présence changer quelque chose, que si j'étais là. Il m'écouterai, il me laisserai le sauver. Je devrai m'arrêter de croire. Ça fait beaucoup trop mal. Je ne peux même pas le regarde en face, je fixe le sol. « Qu'est ce qui t'a pris ?! J'étais là putain ! » Je craque. Je suis entrain de devenir fou. « Dis quelque chose bordel ! » Je parle seul putain.
« Je voulais que tu vois le sang couler de mes bras. » Alors là.. Je suis complétement perdu. Je suis en plein cauchemar. Je.. Là c'est trop. « Pourquoi ?! » Je ne me suis jamais senti aussi énervé de toute ma vie, je me fou de savoir si cette phrase à un sens, rien n'a de sens. Tout ce qui vient de se passer n'a pas de sens. « Je sais pas. » Je lève les yeux vers lui, je viens de vivre un des pire moment de ma vie. Et lui il ne sait pas pourquoi il fait ça ? Là, je perds la tête. Je déraille, je peux plus. Je craque.
 
 

 
Huit jours, plus aucuns signe de vie. La police est à sa recherche, rien. Ma mère ne dors plus, ne mange plus, elle ne fait que pleurer. Ça me brise le c½ur... Harry est presque devenu comme son fils. Je ne vais plus en cours. Je cherche Harry de mon côté, jours et nuits. Je ne perds pas espoir, je vais le retrouver. J'ai sûrement l'air d'un fou, un Homme juste fou Amoureux d'une personne blesser par la vie... La seul chose qu'il m'a laisser avant de disparaître c'est un bout de papier. Un bout de papier que je lis tout les jours, comme si soudainement en le lisant une fois de plus, je serai où le trouver.
 
« Ma mère m'a toujours dit : « Meurt, brise toi, personne ne le remarquera. Et si un jour, quelqu'un s'en souci, fais lui mal. Comme ça il ou elle partira.. Comme moi je l'ai fais. Parce que la vie n'est pas faite pour toi. Parce que tu dois souffrir, ce sera ton seul ressenti. »
 
Je ne suis pas d'accord.
Ce ne sera pas son seul ressenti.
Tant que je serai là, je me battrai pour son bonheur.
Tant que je serai là, il vivra.


" Je veux disparaître."- Harry.

Bonus#1. 29/07/2015

 
 
1 Février, 2001.
 



 
Harry,
Allongé sur un lit cacher par un fin drap blanc, défait par une nuit agité. Harry fixe le plafond plonger dans ses pensés. Demain c'est son anniversaire, l'anniversaire de ses sept ans. Il est seul, la pièce dans laquelle il se trouve est vide.  Les rideaux dansant avec le vent, la maison est vide, il n'y a que lui. Sa mère est assise sur le tabouret d'un bar enchainant les verres, pleine de regrets et d'erreurs. Ce soir aurai du être unique. Minuit, il est minuit. Harry a officiellement sept ans. Sept qu'il passe ses journées à dessiner une vie meilleur. Sept ans qu'il court après l'espoir d'entendre deux mots, de simple mots. "Je t'aime." Sept ans  qu'il rêve de sentir l'amour d'une mère. Sept ans qu'il croit à un bonheur inexistant. Les frissons parcourent sa peau. Tout est calme, personne. Personne n'est là pour lui hurler qu'il a enfin sept ans, personne n'est là pour le réveiller, alors qu'il dormait pas. "Bon anniversaire Harry.." Murmure t'il. Avant de fermer le yeux.
 
Harry souffla ses bougies, seul. Les yeux fermer il fait un v½ux, une larme coule le longs de sa joue, une bougie s'éteint. Il n'a pas faim, il voulait juste avoir son gâteaux d'anniversaire comme tout les enfants de son âge. Juste pour fêter un anniversaire dont personne ne se rappelle, personne sauf lui. Il se leva, le c½ur lourd. Le visage trempé par les larmes, il s'assit sur le sol. Et se mit à pleurer, de toute ces forces. « Bon anniversaire Harry je t'aime fort.. » Dit t'il entre quelques sanglots.
 
Quatre jours, ça va faire quatre jours qu'Harry à sept ans. Le seul cadeau qu'il a reçu est une peluche, qu'un enfant lui a donner car il pleuré. Sa mère n'est toujours pas rentrer, il l'aime. Il l'aime sa mère de toute ses forces, sauf que ce sentiment tourne à sens unique. Elle, elle aimerai juste l'oublié. La porte s'ouvre. Grinçant lentement, Harry se lève un sourire aux lèvres. Les yeux remplis d'espoir, pensant que c'était sa mère. Une silhouette est adosser contre le mûre, ce n'est pas sa mère mais son père un sourire salace collé au visage. Harry baissa les yeux, ses mains tremblent, il sait ce qui va se passer. L'homme pousse la porte, et s'avance lentement vers son fils. « Aujourd'hui tu as sept ans, tu as grandi. Alors on va passer au choses supérieur.. Bonne Anniversaire Harold. » Dit t'il en posant sa main sur l'épaule fragile d'Harry qui prier de l'intérieur pour qu'il fasse demi tour et qu'il s'en aille.
 

Chapitre 7. 29/07/2015

 
Chapitre 7.


Un verre à la main, je souris. Je fais semblant, tout est faux. Mon rire est faux, je ne suis plus le même depuis un certain temps. Je me cache. J'ai mal, j'ai horriblement mal. Cette pointe qui s'enfonce dans ma poitrine ne fait que s'intensifier, la douleur est plus forte, laissant place à un vide. Un vide qui s'est créer à l'intérieur de moi. Jours après jours je sombre, toujours plus bas. Je me suis perdu, je suis dans une pièce. Quatre mûre me coupe du monde, je suis dans le noir. Cherchant la sortie, je sais que je ne l'a trouverai pas. Parce que ma seul issue c'est lui. C'est comme si rien n'avait de sens. Tout le monde autour de moi, rit. Comme si de rien, comme si ça faisait pas trois semaine qu'Harry avait disparu. Ils me dégoûtent, avec leurs pitié. Avant personne ne faisait attention à lui. Tout le monde le rabaisser, le repousser. Et aujourd'hui ils se font du souci, bande de cons. Il me manque, putain. Je ne sais pas où je trouve cette force, mais je l'ai. Sans lui je risque de tomber, personne pour me rattraper, la chute sera violente. Stan et Zayn qui rient au éclats, entourés de tout mes 'Amis.' Ils méritent de crever, d'une mort bien lente. J'ai mal, j'ai tellement mal. J'ai l'impression que plus les jours passent, plus je le perds. Plus il s'éloigne, et plus les chances de le retrouver sont minces. « Louis.. » Je vais les frapper si ça continu, j'ai beaucoup de haine en moi en ce moment et ce serai avec plaisir de la déverser sur eux. « Louis.. » Ses yeux rempli d'étoiles me manquent, son rire enfantin me manque, son sourire qui me maintenait débout me manque.. Ses lèvres et les sensations qu'elles me procurent me manquent. Je suis de plus en plus Amoureux de lui, et je ne peux même pas lui montrer, lui dire. Je l'aime plus que ma propre vie. J'ai mal, j'ai beaucoup trop mal. « Louis !! » Je sens un liquide chaud couler le longs de mon bras, je baisse les yeux. Mon verre s'est casser dans ma mains. Ça brûle, et je m'en fou. La douleur que je ressens à l'intérieur est milles fois pire. J'ai la tête qui tourne, et le sang ne cesse ne couler. Les voix autour de moi se taisent lentement, j'entends Liam hurler, mais je ne comprends pas ce qu'il me dis. Harry, c'est lui. Je viens de le voir, il était là ! Mes jambes tremblent et ma poitrine est en feux. « Louis !! putain.. Viens tiens toi.. » Je m'accroche au bras de Liam. Tout devient flou, comme dans un rêve. Mes yeux sont lourds, je ne peux plus les maintenir ouvert. Tout est noir. Je suis à nouveau dans cette pièce, étroites, seul. Sans sortir de secours. Je suis prisonnier, prisonnier de mes propres pensés.
 
 
Chapitre 7.



 Le médecin a dit que je ne manger pas assez, rien de grave. Il m'a dit de me reposer, et je ne le fais pas. Je n'ai pas le temps de me reposer, il faut que je trouve Harry, vu que les flics prennent leurs temps. Je me suis pris un café, pour ne pas tomber une nouvelle fois dans le noir complet. Liam m' harcèle par message, il est inquiet. Pire que mère. Je roule, je ne m'arrête pas. Les mains serrer contre le volant, je regarde tout atour de moi, faisant plusieurs le tour. Pour être sûre de ne pas l'avoir rater. Tout ce que je vois me fait penser à lui, c'est horrible. Les étoiles me font penser à lui, le Titanic me fait penser à lui. Je n'oublierai jamais cette nuit.
 
 
Flash back.
 
 
Il n'a jamais vu le Titanic. Je suis sur le cul, il me regarde comme si ce qu'il venait de me dire n'avait rien de grave. Il est allongé dans mes bras, sa peau chaude contre la mienne. le film à commencer depuis à peu près une demi heure, et je sens sa mains caresser mes doigts. Ce que je suis bien, avec lui, j'aimerai rester allongé là. Toute ma vie. « Mais pourquoi Jack a sauvé Rose ? » Je lui souris, il ressemble à un enfant. A un enfant dont je tombe Amoureux chaque jours un peu plus. « Parce qu'il aime.. » Il lève les yeux vers moi. Son sourire ne cesse de grandir, ses doigts joue avec les miens. « Et toi tu m'aime ? » Putain. Je croise ses doigts aux miens, mon c½ur bat de plus en plus vite. « Oui, je t'aime.. » Il plaque ses lèvres sur les miennes, je l'embrasse le plus tendrement possible, il bascule sur mes hanches, ses cheveux lui tomber devant les yeux, et chatouille mon visage, ses yeux fixe les miens. Le temps s'arrête, je me fige. « Je t'aime aussi, Louis. » Son visage s'approche lentement du mien, il sourit en coin. Et dépose lentement ses lèvres douces et chaudes sur les miennes, je ferme les yeux, laissant nos lèvres s'emporter. Nos langues dansent ensembles, et mes mains caresses sa peau. Je suis au paradis, je ne peux demander plus. Rien que lui et moi. Personne d'autre. « Je t'aime. » Il dépose des baisers sur mon torse, je frisonne. « Je t'aime. » Sa mains vient caresser ma lèvre. « Je t'aime et je ne cesserai de te le répéter. »
Je me perds dans ses mots, dans sa voix, à travers ses caresses. Et je l'aime putain.
 
 
Fin du Flash-Back.
 
 
Je ferai n'importe quoi, pour l'entendre me dire 'Je t'aime' encore une fois. Ça me tue, ce manque me tue à chaque minutes qui passe. Mon téléphone vibre. Je l'attrape et fixe l'écran, c'est l'inconnu.
 
De inconnu :
 
Aide moi.
 
A Inconnu :
 
Comment.. ?
 
De Inconnu :
 
Sors de ta voiture, et serre moi dans tes bras.
 
Je tremble, et si il me voulait du mal ? Je me gare. Méfiant, je pousse la porte. Je me tourne dans tout les sens, où est Inconnu ?
« Je suis là. »
Putain, Harry ! Je me jette dans ses bras. Il m'a manqué, putain, putain, putain. Son odeur, sa voix, je.. Il m'a tellement manqué. Inconnu s'était Harry, comment j'ai fais pour ne pas m'en rendre compte avant ? Je le lâche, je pleure. Je pleure comme une merde, je tremble, mais je suis tellement soulager. Je me sens tellement mieux. Il est là, il n'est pas mort. Il se tient devant moi.
J'entends les klaxon, je vois les phare d'une voiture.. Mais.. Mais. Putain.. J'ouvre les yeux. Je suis assis sur le siège. Mais où est Harry ? Je prends mon téléphone. Aucun messages. Je viens de rêver, tout ça n'était qu'un rêve. Harry n'est pas là, non il n'est pas là. Putain, j'appuie sur l'accélérateur. J'en peux plus. Je ferme les yeux et fonce tout droit, plus rien. Je me retrouve à nouveau dans le noir.
 
...
 
« Louis.. Louis.. Non, Louis..» Harry. Je sens sa main dans la mienne. « Je suis là.. » Il sourit, je suis dans un lit hôpital, et bizarrement je me sens plutôt bien. Il est enfin là. Il est enfin près de moi. « Viens, on s'en va. » Je m'assois, fronçant les sourcils. « Tu peux sortir et tu va me suivre. » Je lui souris. Il m'a tellement manqué.
 
 
Chapitre 7.

 
Jour 1.
 
Allongé sur l'herbe, fixant les nuages. Je caresse les cheveux d'Harry. Ses doigts joue avec les miens, ça m'avait tellement manqué. Il se lève, et se met à courir. Il est heureux, enfin heureux. Je ne veux pas savoir ce qui s'est passer, je veux juste profiter. Je ne veux pas me poser de questions, je veux juste l'aimer. « Louis ! Attrape moi ! » Je me lève et cours vers lui, je le tire vers moi. On tombent sur l'herbe en riant. « Je t'aime, je t'aime, je t'aime. » Je pose mes lèvres sur les siennes, on s'embrassent comme si c'était la dernière fois. Mes mains se perdent dans ses cheveux, nos langues joue ensembles. J'ai chaud et je me sens bien, enfin. J'ai trouvé la sortie, je l'ai trouvé. Je croise mes doigts aux siens tellement fort, que ça en ai douloureux. « Je veux laisser une trace de notre Amour. » Je fronce les sourcils, il rit. « Je veux me faire un tatouage, je veux avoir ton prénom écrit sur ma peau, Louis. » Je, quoi ? Il est fou. Je l'embrasse. « Tu es fou.. Harry Edward Styles tu es complètement fou.. Et je t'aime aussi.

 
Jour 2.
 
Toujours assis à la même place, je n'écoute pas le cour. Je fixe Harry, il dessine. Je me demande ce qu'il dessine, je l'aime, je l'aime tellement fort. Zayn et Stan sont revenu, et j'ai peur. J'ai peur qu'il s'en prenne à lui derrière mon dos. Il ne mérite pas qu'il s'en prenne à lui, pas après ce qui s'est passer. Pas après qu'il soit enfin revenu parmi nous. « Monsieur Styles. » Harry leva la tête, un sourire en coin. Il est magnifique. « Je suis heureux de vous avoir de nouveau dans ma classe.. » Il sourit, il ne répond pas, il n'aime pas ça. Il n'aime pas parler. La sonnerie retentit je rassemble mes affaires et m'avance vers Liam. « Je suis tellement heureux, il est de retour.. » Liam me sourit, on s'avance vers la sortie. « Je suis heureux moi aussi.. » Je me tourne vers Harry. Je l'aime, putain ce que je l'aime. Il range ses affaires, ignorant les remarques du professeur. Il se tourne vers moi et sourit. Ce sourit qui me sauve, qui me soulève.
 



Jour 3.
 
 Ma mère est sorti, on a la maison que pour nous. Et on a décider de faire un gâteau, Harry entre dans la cuisine les bras charger. J'éclate de rire, il est tellement charger que je ne vois plus son visage. Je m'approche de lui, et l'aide a porter. « Merci, Lou. » Il vient de m'appeler Lou, Je l'aime. On ne se sert pas de la recette, et puis Harry est plutôt doué. « Regarde là bas ! » Je me tourne, il vide sachet de farine sur moi. « Tu veux jouer à ça Harry ? » Il rit, et se mit à courir dans toute la maison, ça glisse. Et je cours comme un malade, un sourire au lèvre. Il cours dans les escaliers. Je le suis, tombant par terre à plusieurs, nos rires résonne dans la maison. Je l'attrape par le bras, et le fait tomber sur moi. « Tu m'as eu. » Il est essouffler, et moi aussi. On rit, je vide le sachet de farine sur sa tête. Il tousse, j'essuie ses lèvres. Et l'embrasse. En pleins milieu des escaliers. On s'embrassent. Mon téléphone vibre, c'est ma mère.
« - Louis ? - Oui ? -Harry va bien ? -Oui t'inquiète, il va très bien.. -Bon, vous faites quoi ? -On s'embrassent madame Tomlinson !!! -Harry ? Mais ? -Ne l'écoute pas, il a pas encore pris ses médicaments.. - Oh, Bon je vous laisse. Amusez vous bien ! » Je me tourne vers Harry, qui éclate de rire. « Bah quoi ? Je n'aime pas mentir Lou.. »
 


Chapitre 7.

 
J'entends des voix, de plus en plus fortes. Je sens mes bras, puis mes jambes.. J'entends un bruit qui met familier. J'ouvre difficilement les yeux. « Hmm.. » Un plafond blanc, je vois un plafond blanc. Je me tourne, je suis dans une chambre d'hôpital. Qu'est ce que je fais dans une chambre d'hôpital ? Où est Harry ? « Louis !! Il s'est réveiller !! » Putain, mais qu'est qui se passe ? « Louis.. Mon bébé.. » Ma mère me serre contre elle. En larmes, je ne comprends rien. Où est Harry . « Ma- maman mais qu'est qui.. Je comprends rien.. » Elle fronce les sourcils et prends ma main.
« Tu étais dans le coma, Louis. Tu viens de te réveiller.. »
Putain.


"Je suis invisible." -Harry.