Chapitre 6.

 
Chapitre 6.

 
 
" J'aime Louis, parce qu'il represente le bonheur, et moi la souffrance, nous sommes comme le ying et le yang, je suis le noir, il est le blanc." -Harry.

Assis sur le banc, la tête en arrière. J'inspire un coup. Mes yeux se ferment, et l'espace d'un l'instant, je disparaît. Le silence m'envahit, et le vent joue avec mon tee shirt. Pour la première fois je me sens bien, je ne comprenais pas les personnes qui aimer rester seul. Mais là, à cette instant précis. Je comprends, je comprends parce que j'apprécie. Hier soir, Liam est venu chez moi. Il y' avait Harry. Mais à ma grande surprise, tout s'est bien passer. Liam a chercher à connaître Harry. Il est passer, par dessus les rumeurs et la maladie d'Harry. Et je l'ai remercier pour ça, il aurai pu l'ignorer. Non, ils ont jouer à Fifa, et j'avais l'impression d'être sur une autre planète. Mon meilleur ami, et .. Harry entrain de rire et de hurler devant une partie de Fifa. J'ai cru que la soirée allait être parfaite.. Je me suis trompé. Liam a fini par rentrer, et Harry est monter dans la salle de bain. Je ne me suis pas poser de questions. J'aidais ma mère en cuisine, enfin je regardais ma mère en cuisine. Je ne sais même faire des pâtes, pas de commentaires. Une heure, Harry est rester une heure enfermer dans la salle de bain. Personne ne reste une heure dans une salle de bain. Surtout pour prendre une simple douche. Et là, tout les scénario possible et imaginables se jouaient dans ma tête. Alors je suis monté.
J'avais peur, j'avais peur de ce que je verrai une fois à l'intérieur. Et j'avais raison d'avoir peur. Le corps d'Harry était sur le sol, ses yeux étaient fermer. Et sa peau était pâle. Ses mains étaient en sang, à ce moment là, j'ai senti comme mon estomac se tordre. Mes mains tremblaient comme jamais. Je criais, je hurlais le prénom de ma mère. Je ne comprenais rien. Il était heureux, il riait. Puis.. J'ai envie de vomir rien que d'y penser. Il est à Hôpital. Moi je suis assis sur un banc, et lui il est allongé sur un lit d'hôpital brancher dans tout les sens. Ce n'est plus l'heure des visites, alors j'attends. Je ne sais pas trop ce que j'attends. Peut être que j'attends que tout s'arrange. J'en ai marre, je me sens inutile. Harry s'est mutiler les poignets, dans ma salle de bain. Devant les photos de moi au collèges. Devant moi. Que je sois là ou pas, ne change rien. Ça me détruit. Il a fait ça devant moi, devant mes photos. Et je me rends compte que je ne peux rien faire. Non, je ne peux rien faire. Je suis faible et impuissant face à tout ça. J'ai tenu la promesse de ne jamais le laisser tomber, et je vais la tenir. Je ne peux pas le laisser. Je l'aime. Je l'aime beaucoup trop pour faire une chose pareil. Je veux le serrer dans mes bras, je veux le protéger. Je veux voir son sourire, celui qui me sauve un peu plus chaque jours. Je me lève du banc, mes jambes tremblent. Tout est arrivé si vite, les personnes que je considérer comme des amis ne le sont en faite pas. Ma vie est parfaite.. Et aujourd'hui je m'en rends réellement compte. La souffrance, Harry il l'a connait. La douleurs il a connait. Il sait ce que c'est d'avoir mal pour de vrai, alors il sourit. Il sourit comme pour dire merci, il sourit car il aura pas toujours l'occasion de le faire. Il sourit car c'est rare. Il sourit, et il me sauve. Le vent ne cesse de jouer avec ma peau, créant une multitude de frissons. Je ne sens plus mes jambes, et ma tête tourne. Une semaine qu'Harry est à Hôpital. Une semaine que j'ai pas faim, une semaine que je dors plus. A chaque fois que je ferme les yeux je vois l'image du corps d'Harry sur le sol, une flaque de sang sur son bras, son poignet ouvert. Et ses yeux fermés. Harry va être heureux, oui il va l'être. Je ferai tout pour. Je veux revoir les étoiles qu'il avait dans les yeux lorsqu'on étaient à la plage, je veux revoir son sourire lorsque on n'a dormi ensembles. Je veux entendre son rire, le même que le jour où nous sommes aller au cinémas et que je me suis trompé de salle. Si Harry est triste je le suis aussi. C'est la première fois que je ressens un sentiment comme celui ci. Mon téléphone vibre, je le sors de ma poche.
 
De Inconnu :
 
20.
 
 
Je fronce les sourcils, pourquoi est ce qu'il ou elle m'envoie ce chiffre ? Qui se cache derrière cette écran ? J'ai peur. Il me connait, il sait qui je suis. Et moi je sais rien. « Qui est tu ? » Non. J'efface, je sais qu'il ne me répondra pas.
 
A Inconnu :
 
20..?
 
De Inconnu :
 
Il me reste 20 jours, avant le final.
 
Le final ? Mais quel final ? Je tape.
 
A inconnu :
 
Le final..? Quel final..?
 
De Inconnu :
 
La fin de tout.
 
A Inconnu :
 
Tu compte te foutre en l'air dans 20 jours.. ?!
 
A Inconnu :
 
Répond..
 
A Inconnu :
 
Arrête.. J'ai peur .. Répond..
 
A Inconnu :
 
Ne fais pas ça..
 
A Inconnu :
 
Je t'en prie..
 
Il ne réponds plus. Je tremble, je ne veux pas que cette personne fasse un truc pareil. Y'a pas une autre option ? Y'a toujours une autre solution et celle la c'est la pire.
 
Mon téléphone vibre, je sursaute. c'est Inconnu.
 
De Inconnu :
 
J'essaye sans cesse de vivre correctement. De vivre comme tout le monde. D'être comme tout le monde, mais je n'ai pas le droit, non je n'ai pas le droit au bonheur. Je commence réellement à croire que la vie n'est pas faite pour moi. Mon grand père m'a dit un jour. « Si la vie n'est pas faite pour toi, songe à la mort et tu verras. » Tu ne sais rien. Tu ne vois que ce que tu veux voir. Depuis tout petit j'attends le moment, le moment où je serai enfin heureux. Et je me rends compte que les fois où j'y ai cru, parce que oui, j'y ai cru. J'ai cru que j'étais heureux, souriant à la moindre occasion.( Personne ne se doute, non je me cache.) Toutes ces fois étaient fausses, ce n'était qu'illusions. Je ne le suis pas et je ne l'ai jamais étais. Maintenant arrête de me supplier, tu ne sais rien. Non tu ne comprends rien. Toi, tu connais le bonheur et moi je connais la souffrance c'est pour ça, que c'est à toi que je m'adresse, je veux que tu me raconte que tu m'explique ce qu'est que le bonheur. Pour que l'espace d'un petit instant j'ai cette impression, l'impression d'être moi aussi heureux.
 
Figé, je suis figé. Son message m'a complètement figé. Inconnu est un garçon, un garçon qui ne connait que la souffrance et qui se cache derrière un masque qui aujourd'hui est lourd à porter. Comme Harry ce garçons rêve de bonheur. Comme Harry ce garçon croit qu'il n'a le droit qu'a une seule chose. La souffrance. Je tape.
 
A Inconnu :
 
Si j'accepte de te faire découvrir le bonheur, le vrai tu arrêtera ce final .. Je veux dire tu ne fera rien..?
 
 
 Pas de réponse. Je suis assis sur une chaise, fixant les tableau en face de moi. Une odeur qui donne mal au c½ur, un couloir sans fin. Des portes, pleins de portes. Triste, cette endroit est triste. J'attends l'infirmière qui s'occupe d'Harry. Mon pieds tremble, je suis nerveux. Il sort aujourd'hui et je suis nerveux. J'ai peur qu'ils est trouver un endroit pour Harry. Je devrai être heureux qu'Harry trouve enfin sa place, mais dans ma tête. Sa place est avec moi. Je ne veux pas qu'il aille dans un centre, il sera seul, il n'aime pas parler. Il n'aime pas les gens. Il va avoir peur, mais la vrai raison, est que je veux pas qu'il parte. Non, je veux pas. Je l'aime et je veux qu'il reste près de moi. Je veux qu'il fermes les yeux, en me serrant contre lui. Je veux l'entendre me dire qu'il a froid, comme ça je peux le réchauffer en le collant contre moi. Je veux continuer à passer des nuits blanches à parler, à s'embrasser, car il aura fait un cauchemar. Ses lèvres... Je ne pourrai pas vivre sans ses lèvres.. Notre promesse, je ne peux faire ça.. Je lui ai promis.
« Monsieur Tomlinson ? » Je lève les yeux, l'infirmière. Je me lève, et l'a suit. « Je vais devoir vous parler d'Harry... Hum.. Il est gravement malade et il a besoin de soins dans un hôpital ou un centre, il ne peut rester vivre chez vous, c'est beaucoup trop de responsabilités.. » je le savais. Je baisse les yeux. « Il va être interner- « Non. » Elle fronce les sourcils. « Ma mère s'occupe des malade comme Harry, et des personne âgé depuis très longtemps.. Donc elle saura quoi faire. Harry a peur.. Il n'aime pas le monde, ça l'effraie, avec nous il est bien. Il a confiance, vous ne pouvez pas lui retirer ça. J'en sais assez pour vous dire que votre solution est la mauvaise, avec nous il a enfin trouver ce qu'il a toujours voulu. Une famille.. Tout ce qu'il veut c'est ce sentir normal, et c'est pas dans votre centre que ça se fera. » Je pousse la porte, il est debout. Il range ses affaires, l'infirmière est derrière moi. Je m'avance lentement vers Harry, il se retourner et me sourit. Il me sourit.. Enfin putain.
« Comment tu te sens ..? » Il me serre contre lui. Je le serre contre moi. « Ne me laisse plus.. C'est trop dure... Je suis désoler.. Louis.. Je suis désoler.. Je ne veux plus être loin de toi.. Non je ne veux plus.. » Il se détache de moi, les larmes aux yeux. Je ne te laisserai plus, c'est promis. « C'était dure pour moi aussi.. Mais c'est fini je suis là.» Il hoche la tête. J'essuie un larmes qui coule sur sa joue.
 
 
 
Chapitre 6.

 
 
 Une heure du matin. Harry n'arrivait pas à dormir alors, on joue aux jeu des questions. Il est dans mes bras, on est allongés sur le sol, oui on a un lit. Mais il fait trop chaud pour le lit. Ses doigts joue avec les miens, comme d'habitude. Ça m'a tellement manquer. « Ta pire journée ? » Je baisse les yeux vers lui. Ma pire journée.. Il y'en a tellement eu.. Et elles sont toute relié a Harry. Le jour où j'ai vu son corps sur ce lit, après que son monstre l'ai violer. Où lorsque Zayn et Stanley le frappait et que tout le monte filmer, ou lorsque je l'ai vu allongé sur le sol de la salle de bain. Son bras recouvert de sang, je ne veux pas qu'Harry pense qu'il gâche ma vie ou que tout mes moments sont reliés a lui. Parce qu'il a embelli, il a embelli ma vie. « .. Hum.. Je passe. » Il rit, j'aime son rire. Il rit avec tout son être, ce n'est jamais un petit rire, un faux. Non, jamais. Je croise mes doigts aux siens. « Louis.. On est quoi.. ? » Je fronce les sourcils. Il se relève. « C'est vrai, on s'embrassent, on se chuchotent nos secret, on se découvre, on rient, on pleure, on s'embrassent, tu me protège, je te serre contre moi, j'ai besoin de toi, et.. Je... » Il baisse les yeux. Je prends sa mains. « Harry.. On est pas obliger de mettre des mots sur ce qu'on est.. Même si c'est vrai nous avons une relation assez spéciale, mais moi je dirai unique.. Nous sommes Unique, voilà ce qu'on est. » Il sourit, son visage s'approche lentement du mien, mon estomac se tord. Et je sens cette agréable vers le bas ventre. Ses lèvre effleure les miennes. « Et... Je t'aime.. » Mon c½ur vient de sortir de ma poitrine. Il .. Je.. Je n'ai pas rêver. Il plaque ses chaudes et douces lèvres sur les miennes, et je me laisse aller, il m'aime, il a prononcé ces deux mots.
 
Chapitre 6.

 
 
Vivre avec Harry c'est comme marcher sur un fil au dessus du vide, Il est devant. Ses jambes ne tremblent pas, il est confiant. Il n'a pas peur, il n'est pas conscient du danger. Je suis derrière, mort de peur. Il peut tomber, il peut ne pas tomber, mais quoi qu'il arrive, j'ai peur. Et quoi qu'il arrive il est en danger. J'ai qu'une hâte, c'est qu'il descende de cette fine corde, pour enfin être en sécurité, pour enfin être heureux. Si je dis ça, c'est parce qu'hier, il a fait une crise, je ne m'y attendais pas. Je n'ai jamais vu Harry faire une crise, je ne savais pas comment faire. J'ai paniqué. J'étais terrifier.
 
 
 Harry est assis sur le tapis, tout mes album sont éparpiller sur le sol. Il rit, il ressemble à un enfant. Il a l'air si innocent à cet instant, si heureux. Je le regarde du coin de la porte, je veux me rappeler de ce moment toute ma vie, je veux me rappeler de son rire toute ma vie. Je m'approche de lui, il écoute l'album 'Nevermind.' de Nirvana. Un de mes préférer. C'est mon père qui m'a fait découvrir tout ces groupe, toutes ces légendes. Il se lève et attrape l'album de Muse qui est poser accrocher au mur, c'est celui que mon père m'a offert pour mes six ans, il m'a dit de ne l'écouter le jour de mes seize ans, et c'est ce que j'ai fais. J'avais l'impression de l'avoir près de moi ce jour là, et aujourd'hui quand je l'ai écoute. Rien n'a changé, je le sens toujours près de moi, cette album est très important à mes yeux. Je me souviens il l'avais même écrit un mot sur le Cd. Si il est parti, c'est pour rejoindre l'armée. Je fière de lui, tout ce que j'espère c'est de le revoir un jour, en espérant qu'il soit toujours là. Non.. Pas ça. Harry vient de faire tomber le cd, il est casser. Putain, il est casser. Non, non, non merde, pas ça. « Harry.. C'est le seul vrai souvenirs que j'ai avec mon père, tu viens de le détruire... » Ma voix se brise. Je peux plus, j'ai cette boule dans la gorge, les larmes ne vont pas tarder. Il est désoler, je le vois dans son regard. Je veux qu'il sorte. Pas ce cd, tout sauf ça. « Sors. » Il tremble et sort de la chambre. Je m'écroule sur le sol, pas ça... C'était le seul moyen que j'avais trouver pour me sentir enfin proche de lui... Il est en morceau, exactement comme mon c½ur. Les larmes ravage mes joues.. Il pouvait pas faire attention. Je peux croire qu'il sois casser.. Je me sens mal. Vraiment mal.. « Putain ! » Le miroir se fissure, mon point est contre la fine vitre, volant littéralement en éclats, le miroir se brise, le sang coule et se mélange avec les bout de verre. Et ma haine est encore plus grande. « Je suis désoler.. Je suis désoler Louis.. » Je me tourne vers la porte, Harry est en larme. Il tremble, grattant ses poignets avec sa manche. « Je suis désoler, je suis désoler, je suis désoler.. Je suis désoler.. » Il le répète inlassablement, dans sa voix je ressens sa peur, et dans ces gestes je vois son regret. « Je suis désoler.. Je.. Je.. Je.. Suis désoler.. Je suis désoler.. » Il est entrain de trembler comme un malade, il respire beaucoup trop fort. je me lève et le serre dans mes bras. Il s'est mit dans un sale état. « Je suis désoler.. Je suis désoler.. Désoler.. Je suis désoler.. Je suis désoler !!! Je suis désoler... ! » Je ne sais pas quoi faire pour le calmer, je le serre contre moi. « Harry.. C'est qu'un Cd.. Calme toi.. Tu n'as pas fait exprès.. Respire calme toi.. » « Non.. Non.. Je suis désoler.. Je suis désoler.. Je suis désoler... je suis désoler... je suis désoler.. je suis désoler.. je suis désoler..  ! » Il gratte de plus en plus fort contre son bras. « Harry arrête.. » J'attrape sa main, il lève les yeux vers moi. « Je suis désoler, désoler, je suis désoler.. » « Harry.. écoute moi.. Ce n'est rien, arrête de t'excuser.. Je t'en pris calme toi... » Il me serre contre lui, pour vu que ce soit fini, le voir dans cette état me détruit. Oui, son geste m'a fait mal. Mais il n'a pas fait exprès, je peux pas lui en vouloir alors qu'il fait un crise. « Je suis désoler !!! je suis désoler... Je.. » Il craque, sa voix se brise. Il éclate en sanglot, se laissant tomber contre moi. « Harry.. C'est fini.. Respire.. Tout es fini.. » « Mais tu me déteste. » « Non.. Harry jamais, jamais je ne pourrai te détester, je t'aime mais je ne te déteste pas.. » Ses doigts s'agrippent à mon tee shirt, je le sens se détendre. Je sens sa respiration devenir plus lente.. C'est fini. Tout est fini.


Chapitre 6.

 
 
 
Il pleut, Harry a peur de la pluie. Après ce qu'on vient de vivre, on n'est sous ma couette, on chuchote. Éloigner du reste du monde. Juste lui et moi, nos doigts sont croisé tellement fort, que personne ne peut l'ai détacher, son regard se perd dans le mien. Et le temps s'arrête. Son souffle s'écrasent sur mes lèvres, nos nez se touche presque. Et nos yeux ne se quitte plus, je l'aime, putain ce que je l'aime. « Un jour, je te montrerai quelque chose. » Je fronce les sourcils, il sourit. On chuchote, je ne sais pas pourquoi, mais j'aime ça. J'aime ce qu'on est. « Compte jusqu'à trois.. » Il compte, lentement. Trois, il l'a dit trois et mes lèvres se poses sur les siennes. C'est tellement tendre, lent, calme. Il m'embrasse comme si c'était la dernière fois, je fond. Oui, je suis niais. Complétement niais.


...

 
 
 
Ma mère a eu la formidable idée de nous emmener au lac. Histoire de nous changer les idée, histoire qu'Harry profite. Juste tout les trois. Harry ne veut pas se baigner, et je sais pourquoi. Je lui ai dis, qu'il y'avait que nous, mais il a refuser. Je peux comprendre, ma mère n'a rien vu. Et il a peur, il a toujours peur du regard qu'on lui porte. Alors je suis allongé sur l'herbe, Harry et allongé à côté de moi. On regarde le ciel, il me dit qu'il préfère les étoiles. Moi aussi je préfère les étoiles. Il voulait m'embrasser, moi aussi. Le seul problème, ma mère. Alors on se retient, et si il continu de se mordre la lèvre comme il est entrain de faire, je lui saute dessus. « Arrête.. » Il tourne sa tête vers moi. « Arrête de te mordre la lèvre.. » Il rit, et il lâche sa lèvre. « Merci.. » Il sourit, et tourne sa tête vers le ciel. « Harry.. ? » J'inspire un bon coup.
 
« Je t'aime aussi.. » Il sourit tellement que je me demande comment c'est possible de sourire autant. Il tourne à nouveau sa tête. Il s'est approcher de moi, nos lèvres s'effleure. Le temps s'arrête, je ne vois que lui. Ses yeux fixe les miens, et je me sens bien, je suis heureux. Je sais à cette instant que c'est avec lui que je veux être, juste lui et personne. Parce que j'aime un ange.. Et qu'il l'aime en retour. « Tu as les yeux les plus magnifique que j'ai jamais vu.. » Il parle et ses lèvres caresses les miennes. Je frissonne. Et ses paroles me rend complétement fou. « Les garçons !! » Je sursaute, il rit. Tout rêve a une fin. Et la fin commence maintenant. Je me lève, gêner. Harry, lui il rit. Il a fou rire, alors que moi je dois sûrement rougir. « Oui.. ? » Je m'approche de ma mère, elle est assise sur l'herbe.. Elle mange. « Vous venez ? J'ai préparer quelques sandwich.. ! » Harry me tire avec lui sur l'herbe. « Avant, embrasse moi. » Je plaque mes lèvres sur le siennes. Je suis tellement heureux putain.


 

 
 Trois jours. Trois putain de jours.
Je me hais. Je me hais de ne pas pouvoir le sauver, je me hais de servir à rien dans tout ça. En l'espace d'une semaine, j'ai connu. Joie, tristesse, colère. Ma vie change complétement, tout les souvenirs s'effacent. Ce qui avant avait de l'importance, n'en a plus aujourd'hui. Je ne sais plus quoi faire, tout est aller trop vite. Tout me dépasse. Le pire, c'est qu'il m'a regarder droit dans les yeux.. Il m'a regarder.. Et il m'a briser. Je suis à terre, faible. Il m'a frapper en plein visage. Je me croyais fort.. Solide. Je peux toujours le croire, sauf que ce serai faux.
 
 
 
Chapitre 6.

 
J'aide ma mère à porter quelques sacs. Harry est sûrement dans ma chambre.. Je serre ma mère contre moi, et monte les escaliers. « Je peux entrer.. ? » Rien. Je pousse la poignet, et ouvre lentement la porte. Oh.. Mon .. Dieu... Harry .. jamais je me ferai à l'idée.. De voir son corps.. Aussi .. Aussi détruit.. Je m'avance vers lui, il recule. Il ne porte rien, rien à part son boxer. Il est devant la glace, il pleure. Il serre une lame en métal dans sa main. Il l'a serre tellement fort, qu'il saigne. « Harry.. Lâche la.. Je t'en prie.. » J'ai la voix qui tremble. Il secoue la tête, et l'a serre davantage. Une larme coule sur ma joue, mes mots ne serve à rien. Je m'avance un peu plus. Il ne bouge pas. Fixant son reflet, les larmes ravagent ses joues. « Harry.. Je t'en supplie.. Fais le pour moi.. » Il lâche la lame, je respire. La lame est entre ses doigts, il joue avec. Son poignet se soulève lentement.. Non pas ça. Non. Il ferme les yeux, et approche la lame de sa peau. Il ouvre lentement ses yeux, son regard se pose sur moi. La lame touche sa peau, je tremble, mon corps. Je ne sens plus mon corps. « Ne fais pas ça.. » Il pleure à nouveau, mon c½ur se serre. J'attrape sa main et le tourne vers moi. « Je t'en supplie.. » Il baisse les yeux, et laisse glisser la lame contre sa peau. Un trait, un trait se forme, du sang coule. Il l'a fait. Il l'a fait.... Il l'a fait en me fixant droit dans les yeux. Je le déteste. Le bout de métal recouvert de sang tombe sur le sol. Comment il a pu faire ça ? .. Je le hais tellement.. Je lâche son bras. J'ai envie de vomir.. Je ne me sens pas bien. Le sol tourne autour de moi, je m'appuie sur le mur. Je me hais, et je le hais. « Pourquoi putain ?! J'étais devant toi, et tu.. Tu... Je te hais ! » Je suis tellement énervé. Je veux le frapper, oui je veux le frapper. Je ne compte pas assez ? C'est ça ? Il dis qu'il m'aime et malgré ma présence, malgré mes mots il l'a fait. Je. Le. Hais. Je croyais que ma présence changer quelque chose, que si j'étais là. Il m'écouterai, il me laisserai le sauver. Je devrai m'arrêter de croire. Ça fait beaucoup trop mal. Je ne peux même pas le regarde en face, je fixe le sol. « Qu'est ce qui t'a pris ?! J'étais là putain ! » Je craque. Je suis entrain de devenir fou. « Dis quelque chose bordel ! » Je parle seul putain.
« Je voulais que tu vois le sang couler de mes bras. » Alors là.. Je suis complétement perdu. Je suis en plein cauchemar. Je.. Là c'est trop. « Pourquoi ?! » Je ne me suis jamais senti aussi énervé de toute ma vie, je me fou de savoir si cette phrase à un sens, rien n'a de sens. Tout ce qui vient de se passer n'a pas de sens. « Je sais pas. » Je lève les yeux vers lui, je viens de vivre un des pire moment de ma vie. Et lui il ne sait pas pourquoi il fait ça ? Là, je perds la tête. Je déraille, je peux plus. Je craque.
 
 

 
Huit jours, plus aucuns signe de vie. La police est à sa recherche, rien. Ma mère ne dors plus, ne mange plus, elle ne fait que pleurer. Ça me brise le c½ur... Harry est presque devenu comme son fils. Je ne vais plus en cours. Je cherche Harry de mon côté, jours et nuits. Je ne perds pas espoir, je vais le retrouver. J'ai sûrement l'air d'un fou, un Homme juste fou Amoureux d'une personne blesser par la vie... La seul chose qu'il m'a laisser avant de disparaître c'est un bout de papier. Un bout de papier que je lis tout les jours, comme si soudainement en le lisant une fois de plus, je serai où le trouver.
 
« Ma mère m'a toujours dit : « Meurt, brise toi, personne ne le remarquera. Et si un jour, quelqu'un s'en souci, fais lui mal. Comme ça il ou elle partira.. Comme moi je l'ai fais. Parce que la vie n'est pas faite pour toi. Parce que tu dois souffrir, ce sera ton seul ressenti. »
 
Je ne suis pas d'accord.
Ce ne sera pas son seul ressenti.
Tant que je serai là, je me battrai pour son bonheur.
Tant que je serai là, il vivra.


" Je veux disparaître."- Harry.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.225.26.44) if someone makes a complaint.

Comments :

  • harry-styles18

    24/07/2015

    larry-insouciance wrote: "C'était juste magnifique... L'amour que Louis porte à Harry est vraiment fort dans ce chapitre. On voit que malgré que tout ce que Harry pourras lui faire vivre, Louis n'abandonneras pas... Il l'aime vraiment... J'espère qu'Harry va bien et que Louis sauras ou allez le chercher... Il mérite d'etre heureux tous les deux. Louis peut apprendre a Harry a etre heureux avec lui...
    J'ai hate de lire la suite... c'est parfait <3 Je t'aime...
    "

    Merci.. Blue. Merci oui leurs relation est Magnifique, tout ce qui compte pour Louis c'est le bohneur jusqu'a oublier le sien. Il tombe Amoureux pour la premiere fois, et avec Harry rien n'est facile, j'espere que la suite te plaira. Encore merci, je t'aime aussi ❤

  • larry-insouciance

    24/07/2015

    C'était juste magnifique... L'amour que Louis porte à Harry est vraiment fort dans ce chapitre. On voit que malgré que tout ce que Harry pourras lui faire vivre, Louis n'abandonneras pas... Il l'aime vraiment... J'espère qu'Harry va bien et que Louis sauras ou allez le chercher... Il mérite d'etre heureux tous les deux. Louis peut apprendre a Harry a etre heureux avec lui...
    J'ai hate de lire la suite... c'est parfait <3 Je t'aime...

  • harry-styles18

    09/07/2015

    oriane18 wrote: "Je ne sais même pas quoi dire... C'est magnifique, juste magnifique... C'est tellement bien décrit, bien... Tout, tout est bien, tout est magnifique, je ne sais pas quoi dire à part ça 💕"

    Aww, merci Oriane. Tes commentaires me touche a chaque fois, merci ENCORE de me lire. Ca m'a fait du bien de retrouver les personnages.. ❤

  • oriane18

    09/07/2015

    Je ne sais même pas quoi dire... C'est magnifique, juste magnifique... C'est tellement bien décrit, bien... Tout, tout est bien, tout est magnifique, je ne sais pas quoi dire à part ça 💕

Report abuse